Eric Andrieu, Député européen
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2020

Neonicotinoïdes: les abeilles n'ont pas de dérogation

Le gouvernement français annonçait, début août, sa volonté de lancer une dérogation à son interdiction des insecticides néonicotinoïdes. Cette décision va à l'encontre de tous les engagements nationaux et européens pour la biodiversité, la protection de l'environnement. La législation européenne permet de suspendre ce type de dérogation abusive et une procédure a été déposée en ce sens.

Eric Andrieu, Député européen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Beaucoup a déjà été dit des conséquences sur la biodiversité et, en particulier sur les abeilles, qu’aurait la dérogation à l’interdiction des néonicotinoïdes pour la culture des betteraves qu’envisage le gouvernement français. La présence de ce type de substance dans le sol bien après l’utilisation, mais également dans les exsudats foliaires dont se nourrissent les butineuses, apportent les arguments décisifs quant au bien-fondé de l’interdiction. 

Dans sa précipitation, le gouvernement français ne semble pas non plus avoir tenu compte du fait que les semenciers sélectionnent actuellement des variétés naturellement résistantes aux différentes jaunisses. De plus, on ne peut que s’étonner de cette position prise sans le recul de l’analyse des rendements d’une récolte qui n’interviendra à l’automne et qui permettra d’identifier les modes de culture et les variétés les plus résilients et d’isoler l’effet d’autres facteurs comme la sécheresse.

L’argument qu’il fallait apporter une réponse rapide à des producteurs prêts à arrêter cette culture révèle une dimension centrale mais pourtant largement passée sous silence : cette filière traverse en crise profonde depuis la fin des quotas sucriers en 2017. Pour preuve, les annonces de fermeture de sucreries depuis au moins deux ans n’ont pas attendues la prolifération du puceron vert. Mais plutôt que de remettre en cause la libéralisation du marché européen du sucre, ce gouvernement préfère le sacrifice de la biodiversité, question de priorité ! 

En effet, les betteraviers français se retrouvent maintenant avec les prix du sucre parmi les plus bas au monde, faute de protection face au dumping du Brésil. Avec l’ancien prix minimum européen bien plus rémunérateur, nul doute que nos producteurs auraient bien mieux encaissé les conséquences d’un hiver exceptionnellement doux. De surcroit, la fin des quotas a entrainé une concentration géographique de la production de betteraves, et évidemment, la faible diversité des assolements n’est bonne ni pour la biodiversité, ni pour la résilience des cultures, les deux étant liées.

Il est également assez révélateur que la piste d’une aide spécifique à la betterave comme l’utilisent l’Italie ou la Pologne ne soit pas été évoquée dans le débat français alors même que se dessine la prochaine Politique Agricole Commune. 

Mais, surtout, en justifiant la dérogation au nom de la sécurité et de la souveraineté alimentaire, ce gouvernement commet une erreur majeure : celle d’opposer environnement et sécurité alimentaire. Car, c’est bien parce que nous avons trop délégué la sécurité alimentaire européenne aux marchés et aux multinationales que nos producteurs sont en difficulté et que l’on s’en remet au court-termisme de solutions qui n’en sont pas ! Au contraire, ma conviction profonde est bien que nous ne réussirons pas la transition de notre agriculture vers plus de durabilité si nous ne nous extrayons pas des dogmes qui nous ont fait renoncer aux principaux leviers de politiques agricoles au profit du tout-marché.

Fort de ce constat, j’ai saisi les autorités européennes pour, qu’en vertu de l’article 53 du règlement européen sur les produits phytopharmaceutiques, la Commission puisse annuler cette dérogation abusive si elle advenait. Et, je demande à ce que les dérogations similaires déjà mises en œuvre en Autriche, en Belgique et en Pologne soient remises en cause. Alors que le Green Deal européen annonce l’objectif de réduire de moitié l’usage des pesticides, la réponse à apporter aux agriculteurs européens doit être économique et relever de la PAC et non se faire au détriment de la biodiversité et des abeilles.

Eric Andrieu

Eurodéputé PS

En charge des questions agricoles et environnementales européennes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes