ERIC DEVO
Géo-stratège clupéidophile
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2022

"Emmanuel Macron est-il le président le plus ignoble de la Vème République?"

La nomination de Pap Ndiaye est-elle autre chose qu'un appel du pied aux électeurs de gauche? (suivi de la vidéo "Histoire de macronistes" par Brad Pitt)

ERIC DEVO
Géo-stratège clupéidophile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vrai ou faux : Emmanuel Macron est-il le président le plus ignoble de la Vème République?

Selon le numéro hors-série de la revue Psycho Rigides Magazine sobrement intitulé "Emmanuel Macron est-il le président le plus ignoble de la Vème République?", la nomination de Pap Ndiaye serait le fruit d'une longue réflexion de notre machiavélique président. Il est vrai qu'après un Jean-Michel Blanquer fustigeant les islamo-gauchistes qui gangrènent l'université française, le choix de Pap Ndiaye est des plus surprenants. Rappelons les principales explications données ces derniers jours dans les médias sur cette nomination "choc".

Première hypothèse, celle de la plupart des plateaux télé (média heureusement réservé de nos jours aux plus de 50 ans et qui épargne donc les jeunes esprits en cours de formation): Emmanuel Macron a entendu les nombreux électeurs de gauche qui, le 24 avril dernier, ont glissé dans l'urne un bulletin Macron pour éviter l'accession au pouvoir de Marine Le Pen, et il a donc décidé de réorienter en conséquence la politique qu'il a menée jusqu'à présent. Il s'était trompé en nommant un godillot maladroit aux glissades nationales-rassembleuses, et exhibe son exact opposé 3 semaines avant les élections législatives. C'est parfaitement logique. Mais c'est naïf. Voire  confondant de bêtise pour qui se prétend journaliste politique.

Deuxième hypothèse, Emmanuel Macron prend les électeurs pour des idiots. C'est plausible. Après tout, lorsqu'on est condamné pour inaction climatique par le tribunal administratif de Paris  et que l'on annonce que la transition écologique est au coeur de l'action gouvernementale, on peut tout se permettre. Il est donc concevable que Monsieur Macron prennent les français pour des c***, mais la ficelle est tout de même un peu grosse.

Troisième hypothèse, émise par les journalistes de Psycho Rigides: Emmanuel Macron ravive les polémiques identitaires qui avaient laissé la place à d'autres sujets hautement moins porteurs pour le pouvoir en place.  Le pouvoir d'achat, les écarts de salaires, bref, la question sociale, tous ces sujets empoisonnent la vie de notre bon président. Mais avec une telle nomination, c'est reparti pour un tour! On retrouve un peu d'air (vicié). On reparle enfin de l'essentiel.  Avec un peu de chance, quelques électeurs qui avaient voté Mélenchon lors des présidentielles se tourneront vers Le Pen et limiteront le nombre de triangulaires qui pourraient être fatales à la fragile majorité présidentielle. C'est tordu , c'est abject. C'est donc probable. 


Revenons donc à la question qui nous intéresse : "Emmanuel Macron est-il le président le plus ignoble de la Vème République"? Nous devons, pour y répondre, nous pencher sur le sens exact de cet adjectif. Le Robert en donne les définitions suivantes : 

"Ignoble:

- Vil, moralement bas.

- D'une laideur affreuse ou d'une saleté repoussante."

Or, l'hygiène du Président semble tout à fait correcte et la plupart des femmes interrogées le trouvent plutôt bel homme. 

Les macronistes par Brad Pitt © Chaîne En Même Temps

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof