UNESCO: An 4 de la réforme

L’UNESCO avait besoin, depuis de longues années, d’une réforme en profondeur. Cette réforme est énergiquement en marche depuis 4 ans, menée avec détermination par la Directrice générale Irina Bokova.  Plusieurs évaluations indépendantes conduites récemment par les gouvernements de la Suède, de l’Australie et du Royaume-Uni soulignent les progrès réalisés grâce à son action. Tout en mesurant bien sûr le travail qui reste à accomplir, ces évaluations  évoquent « un bon niveau d’efficacité interne et externe » (Suède)(1),  ou encore «des standards élevés de gestion financière, d’audit, de gestion des risques et de prévention des fraudes » (Australian Aid)(2). Pour le Royaume-Uni / DFID dans un bulletin de juillet 2013, « l’UNESCO a amélioré sa gestion fondée sur les résultats et s’est recentrée sur son avantage comparatif. La confiance des membres et des autres organisations des Nations Unies envers l'Organisation s’améliore »(3).

 L’UNESCO est de fait l'une des agences des Nations Unies où le changement est le plus rapide. Elle a opéré ces dernières années un virage stratégique fondamental et démontre mieux son impact. Elle intervient plus directement  sur le terrain, y compris dans des situations d’urgence. C’est le cas en Haïti (où Mme Bokova s’est à nouveau rendue cette semaine) pour aider à la refonte du système éducatif, réhabiliter le site du patrimoine mondial de La Citadelle ou soutenir les artisans de Jacmel. Au Pakistan, l'UNESCO travaille à la mise en œuvre d’un système d’alerte aux inondations. L’Organisation s’est également placée en toute première ligne pendant la crise au Mali, où les travaux de reconstruction viennent de démarrer à Tombouctou. Durant tout le printemps arabe, en Lybie, en Egypte, en Tunisie et aujourd’hui en Syrie, l’UNESCO est intervenue pour la formation des journalistes, l'éducation et la sauvegarde du patrimoine, ou encore contre le trafic illicite des biens culturels.

Alors que l’UNESCO avait largement disparu de l’avant-scène des Nations Unies, son leadership et sa valeur ajoutée sont à nouveau reconnus, notamment dans le domaine de l’éducation et des sciences où l’Organisation pilote plusieurs initiatives mondiales nouvelles. L’Organisation a lancé ces dernières années plusieurs programmes d’alphabétisation de grande ampleur – en Afghanistan auprès de 600 000 personnes, ou encore en Egypte auprès de  5 millions.  Le Conseil consultatif scientifique, créé auprès du Secrétaire général Ban Ki-moon sur les conseils de l’UNESCO,  est un autre exemple du retour en force de l’UNESCO au sein de la famille onusienne.

L’Organisation traverse pourtant une crise financière inédite, avec la perte d’environ 30% de son budget pour 2012-2013 --conséquence de la suspension de la contribution américaine après l’adhésion de la Palestine à l’automne 2011. La gestion d’une crise d’une telle ampleur n’est jamais facile et un rapport de la Cour des Comptes française a d’ailleurs fait des recommandations spécifiques à ce sujet. Pourtant le résultat est là et aujourd’hui le déficit a été comblé, grâce à une politique drastique de réduction des coûts, d’allègement de la bureaucratie, et la mobilisation de fonds supplémentaires par la Directrice générale (75 millions), autre signe de soutien envers l'UNESCO et la façon dont elle est gérée.

Pour que l’UNESCO puisse relever ces nombreux défis, il importe que les difficultés budgétaires, qui sont singulièrement pressantes, n’occultent pas les vrais enjeux politiques et stratégiques de la réforme.  L’avenir de l'UNESCO dépend d’abord d’une réflexion sur les vraies priorités de l’Organisation dans un monde qui change. Ce travail complexe doit être mené avec l’ensemble des Etats Membres, et c’est ce que Mme Bokova a conduit depuis deux ans, en passant en revue l’ensemble des programmes pour mieux hiérarchiser les priorités. C’est la première fois qu’une agence des Nations Unies effectue ce travail, qui vise à mieux recentrer les activités de l’Organisation sur les domaines où elle fait vraiment la différence.

 

(1) http://www.unesco.org/new/en/media-services/single-view/news/unesco_is_taking_a_favorable_direction/back/18256/#.UjiChtLwn3s

(2) http://www.ausaid.gov.au/partner/Documents/unesco-assessment.pdf

(3) https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/223801/United_Nations_Educational__final_.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.