Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

178 Billets

6 Éditions

Billet de blog 17 janv. 2011

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Stéphane Hessel et les libertés publiques : l’ironie de Voltaire

Boycotter des produits israéliens est-il de bonne politique ? A-t-on le droit de les boycotter ? À l’inverse, est-il légitime de considérer un tel appel au boycott comme une forme de discrimination ?

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Boycotter des produits israéliens est-il de bonne politique ? A-t-on le droit de les boycotter ? À l’inverse, est-il légitime de considérer un tel appel au boycott comme une forme de discrimination ?

* * *

Boycotter des produits israéliens est-il de bonne politique ? À cette première question, faute de compétence, je m’abstiens de donner publiquement une réponse. A-t-on le droit de les boycotter ? Si je choisis en revanche de répondre (positivement) à cette deuxième question, c’est qu’elle touche aux libertés publiques, qui nous concernent toutes et tous. À l’inverse, est-il légitime de considérer un tel appel au boycott comme une forme de discrimination ? Engagé tant scientifiquement que politiquement, et de longue date, dans la lutte contre les discriminations, je me sens le devoir de répondre à cette troisième question pour protester contre un tel dévoiement de ce combat. C’est pourquoi j’ai signé l’appel de soutien lancé autour de Stéphane Hessel en octobre 2010.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a annoncé, dans un communiqué du 11 juillet 2010, avoir porté plainte contre Stéphane Hessel, dont le soutien à la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanction) « contrevien[drai]t à la loi concernant le délit d’appel à boycott et à la discrimination. » C’était répondre à l’invitation de Michèle Alliot-Marie : celle qui était alors ministre de l’intérieur, en réponse à une question du député UMP Éric Raoult sur ces actions de boycott, affirmait le 20 mai 2009 que « si des plaintes précises étaient déposées ou si des infractions pénales étaient constituées, des poursuites auraient lieu. » C’est désormais chose faite.

Entretemps, devenue Garde des sceaux, Michèle Alliot-Marie a adressé, le 12 février 2010, une circulaire aux parquets généraux, concernant les « procédures faisant suite à des appels au boycott des produits israéliens diligentées sur le fondement de la provocation publique à la discrimination ». Sans doute deux personnalités propalestiniennes, la sénatrice Alima Boumediene-Thiery (Verts), et Omar Slaouti (tête de liste NPA aux élections européennes), ont-elles été relaxées le 14 octobre 2010. N’allons pas croire pour autant que le risque soit nul. Le 10 février 2010, une militante de la Ligue des droits de l’homme, Sakina Arnaud, a été condamnée à Bordeaux pour avoir apposé un autocollant « Boycott Apartheid Israël » sur une bouteille de jus d’orange dans un hypermarché. Sa condamnation ayant été confirmée en appel, le 22 octobre, elle se pourvoit aujourd’hui en cassation. Il est clair que la pression est forte : d’autres plaintes sont en cours, à Mulhouse, à Perpignan, à Pontoise.

En quoi peut-on parler de discrimination ? Comme l’a relevé le journaliste Dominique Vidal, le 20 mai 2009, Michèle Alliot-Marie rectifiait encore les propos d’Éric Raoult, qui, lors d’une question au gouvernement, décelait dans la campagne de boycott « un fort relent d’antisémitisme » : « ces opérations, il faut bien le préciser, touchent des produits importés d’Israël et non des produits casher. » De fait, parmi ses partisans, la question a plutôt été de savoir si le boycott doit porter sur les produits israéliens, ou seulement sur ceux des territoires occupés (comme le préconise en particulier Stéphane Hessel); il n'a jamais été envisagé de l'étendre aux produits casher. Or le 18 février 2010, annonçant sa récente circulaire lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) de Bordeaux, la ministre oublie cette distinction cruciale : « Je n’accepte pas que des personnes, responsables associatifs, politiques ou simples citoyens, appellent au boycott de produits au motif qu’ils sont casher ou qu’ils proviennent d’Israël. »

D’ailleurs, le premier ministre venait tout juste de lui ouvrir la voie : François Fillon dénonçait en effet, le 4 février lors du dîner annuel du CRIF, « ces scandaleux mouvements de boycott des produits casher ou israéliens. » L’enjeu de la distinction, ou de la confusion, est essentiel : la campagne vise-t-elle une politique, ou une population – l’État d’Israël, en raison de ce qu’il fait, ou bien les Juifs, pour ce qu’ils sont ? Pour le BNVCA, les deux logiques finiraient inéluctablement par se confondre : son communiqué « rappelle que ce type de comportement pousse depuis dix ans à la haine d’Israël qui conduit à l’acte antijuif. »

L’État français doit-il reprendre ce point de vue à son compte ? Le Syndicat de la magistrature s’inquiète à juste titre : « il est désormais interdit de boycotter » . Son secrétaire général adjoint Benoist Hurel accuse ainsi la ministre d’avoir « commis un attentat juridique d’une rare violence contre l’un des moyens les plus anciens et les plus efficaces de la contestation des États par les sociétés civiles. » Et de « rappeler les actions de ce type dans l’histoire : boycott du Royaume-Uni en 1930 initié par Gandhi contre la colonisation, boycott de l’Afrique du Sud dans les années 70 par les militants antiapartheid, boycott, à la même époque, par la communauté homosexuelle américaine d’une marque de bière qui refusait d’embaucher les gays ou, plus récemment, boycott des produits chinois par les soutiens de la cause tibétaine et des produits israéliens par les militants palestiniens… »

On l’aura compris : il ne s’agit pas seulement d’Israël et des Juifs. Hier, nul n’aurait parlé de discrimination à l’encontre des Blancs lorsque le boycott visait l’apartheid que subissaient en Afrique du Sud les Noirs et les Métis. Mais si critiquer la politique de la France en matière d’immigration et d’identité nationale, pour ses effets sur les étrangers mais aussi sur les minorités visibles, expose aujourd’hui à paraître « anti-français », demain, ne risquera-t-on pas de se voir taxer de discrimination, et singulièrement de « racisme anti-Blancs » ? Après tout, les préfets n’hésitent déjà pas à poursuivre en justice les militants qui évoquent la mémoire de Vichy pour dénoncer la « chasse à l’enfant », comme à Tours, ou les « rafles », comme à Pau. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La lutte contre le racisme et la xénophobie pourrait bien, dans une logique orwéllienne, tomber sous le coup d’une loi qui vise pourtant les discriminations racistes et xénophobes…

S’il faut soutenir Stéphane Hessel, c’est qu’il en va des libertés publiques. La Ligue des droits de l’homme l’a bien compris ; mais d’autres héritiers des Lumières ne semblent guère émus. Il est même des voltairiens autoproclamés pour s’engager aujourd’hui contre la liberté d’expression. Ainsi de Bernard-Henri Lévy. Le 10 février 2008, aux côtés de Rama Yade, membre du gouvernement, ce philosophe prenait la parole lors d’une réunion publique de soutien à Ayaan Hirsi Ali et à son combat contre l’intolérance islamiste : « elle plaide pour les mêmes valeurs de tolérance que Voltaire. » Pour lui, comme pour celle qui était alors secrétaire d’État aux droits de l’homme, il s’agissait donc de défendre le nouveau Voltaire. C’était à l’École normale supérieure.

Or, selon un communiqué du CRIF, ce même Bernard-Henri Lévy, appuyant une autre membre du gouvernement, serait intervenu pour faire annuler la réunion publique de soutien à Stéphane Hessel qui devait avoir lieu, dans cette même École normale supérieure, mardi 18 janvier 2011 : « Valérie Pécresse, Ministre des Universités, ainsi que le rectorat de l’Université de Paris que nous avons contactés en urgence ont réagi sans ambiguïté : je leur rends hommage, ainsi qu’à Claude Cohen-Tannoudji, Prix Nobel de Physique, Bernard-Henri Lévy et Alain Finkielkraut, tous anciens élèves de l’École Normale Supérieure. » Le revirement de Bernard-Henri Lévy mérite d’être souligné : pour empêcher la prise de parole autour de Stéphane Hessel, ce voltairien inconséquent n’hésite pas à prendre le parti de l’État contre les libertés publiques.

Il faut y insister : il ne s’agit pas seulement d’Israël, soit d’une question qui, pour des raisons historiques, ferait figure d’exception. Les libertés publiques sont indivisibles. Pour en témoigner, je terminerai sur le récit d’une expérience personnelle. Membre de l’association Cette France-là, engagée dans l’analyse de la politique d’immigration menée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, j’étais invité à présenter le premier volume de cette chronique du quinquennat, le 10 avril 2009, à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) de Chartres. Or j’apprenais la veille que la réservation de la salle était annulée.

Voici l’explication qui m’a alors été donnée : le président de l’université d’Orléans-Tours, dont dépendait désormais l’IUFM, était intervenu directement auprès de sa directrice ; lui-même aurait été l’objet de pressions du rectorat, à la suite d’une intervention de la préfecture. Il ne m’est pas possible de confirmer les faits : le président de l’université, à qui j’ai écrit à plusieurs reprises pour demander des explications, ne m’a pas répondu. Apparemment, il aurait pourtant trouvé le temps d’intervenir pour annuler la réservation d’une salle à Chartres – en plein mouvement anti-LRU, au lendemain d’une brève séquestration dans son bureau d’Orléans par des étudiants qui lui reprochaient de trop céder à sa ministre de tutelle, la même Valérie Pécresse.

Il semblerait que le combat contre les libertés publiques soit devenu prioritaire pour certains ; il est donc indispensable que le combat en leur faveur le reste pour d’autres. Autrement dit, qu’aux intermittents du voltairianisme répondent des voltairiens conséquents. C’est aujourd’hui, pour moi qui enseigne à l’École normale supérieure, une raison supplémentaire de marquer mon soutien à Stéphane Hessel, par ma présence, mardi 18 janvier, non à l’École normale supérieure, qui n’accueille plus cet événement autour de son ancien élève, mais pour un rassemblement à 18h30 devant le Panthéon où fut transférée la dépouille de Voltaire en 1791. À défaut de s’engager pour les libertés publiques, nos voltairiens de peu de foi goûteront-ils cette ironie ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre