Maurice LEROY, le Député populiste aux cinq mandats

Quel plaisir, sans cesse renouvelé, de visiter la page Facebook de Maurice Leroy.

Quel plaisir, sans cesse renouvelé, de visiter la page Facebook de Maurice Leroy. Une page épurée des mauvaises critiques du peuple souverain. Ici, on encense Leroy et rien d'autre ! Et quand un avis contraire est émis, hop là, les idoles, fans et adeptes du gourou Leroy interviennent.

Ce que dit et écrit Leroy, c'est encore plus fort et plus puissant que des paroles d'évangile.

Dernier savoureux commentaire du gourou, en date du 14 août 2017 à 00h35 :

« Mes cinq mandats je les dois au peuple souverain . N'ayez pas peur du peuple présentez vous ! C'est aux électeurs de décider » .

En seulement deux phrases, la messe est dite et le contradicteur est culpabilisé : ne critique pas ou présente-toi devant le peuple souverain, compris ?

Pas très difficile d'apporter des arguments sérieux pour démonter à la fois des formules creuses et vides de sens mais aussi des inepties.

Tout d'abord, le peuple souverain n'a rien de souverain et ne décide de rien. Toutes les règles de fonctionnement d'un pays n'ont JAMAIS été écrites par le peuple. Même pas la Constitution, principale responsable des maux de notre société !

Leroy doit ces cinq mandats aux lois favorables aux plus riches qui gouvernent. En évoquant le peuple souverain, le traître LEROY ne tient compte que des suffrages exprimés. Les non-inscrits, les abstentionnistes, les votes blancs et nuls sont écartés et méprisés. Le peuple souverain, selon le traître LEROY, représente moins de 30% environ des citoyens en âge de voter.

Prenons simplement la dernière élection du gourou LEROY, en 2017 :

23 126 voix, 28% des inscrits

Cette brillante élection a procuré une telle jouissance à l'heureux élu que celui-ci a déclaré :

« Cette victoire est une magnifique reconnaissance du travail que je mène au quotidien pour notre circonscription depuis 1997 »

Cette citation de Michel Audiard prend ici une saveur particulière : « Les….. ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît."

Reprenons la citation culpabilisatrice de Maurice Leroy :

« Mes cinq mandats je les dois au peuple souverain . N'ayez pas peur du peuple présentez vous ! C'est aux électeurs de décider » .

Il faut donc se présenter devant les électeurs car c'est aux électeurs de décider. Certes, le peuple décide mais il est cependant important de savoir ce qu'il décide. Et c'est là que le bât blesse. Le peuple décide UNIQUEMENT d'élire et donc de nommer des représentants. Une fois élus, les représentants font ABSOLUMENT ce qu'ils veulent. Dans le cas des Députés, quelles sont les lois écrites, décidées et votées par le peuple souverain ? Allo ? Ca grésille.... on a été coupés ?

La dernière fois que le peuple souverain a voté, c'est lors du referendum de 2005.

Il serait bon de rappeler au traître LEROY qu'il a voté contre le peuple souverain en 2008. Allo ? On a encore été coupés ? J'entends plus rien ?

Quant à l'incitation du Député Leroy à se présenter devant les électeurs, quelle démagogie !

Se présenter est certes facile mais être élu sans argent et sans parti politique est quasiment impossible !

Des solutions existent pour réformer un système politique corrompu et anti-démocratique :

  • une constitution écrite par les citoyens

  • un contrôle permanent des élus

  • des sanctions immédiates en cas de manquements élémentaires des élus

  • des contrats d'objectifs fixés pour les élus, le gouvernement et autres sommités

  • des révocations possibles entre 2 mandats électifs

  • ré-instauration du tirage au sort

  • un casier judiciaire pour les candidats et élus

Toute réforme devra répondre à un seul impératif : oeuvrer dans l'intérêt général !

Amis élus, n'ayez pas peur du peuple souverain !

Sortez de l'entre-vous, acceptez la contradiction, ne soyez pas méprisants !

Mais bon, après cinq brillants mandats, ce ne doit pas être si facile de se remettre en cause... lol !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.