Panem et circenses (1): de l’opium et du foutre pour le peuple !

Du foot... du foot... du foot... mais seulement quand on gagne, hein?

C’est la liesse, le bonheur partagé par un peuple tout entier, bref 60 millions de français adorent le foot et braillent à l’unisson et en vrac :

- « On a gagné, on a gagné, on a gagné ! »… (bin vouiii, faut le répéter plusieurs fois pour bien s’imprégner de « notre victoire »)

- « On est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions ! »

- « C’est un des plus beaux jours de ma vie, c’est un moment rare à vivre…. Chui trop content ! »

- « Champions du monde, on est champions du monde, incroyable ! »

 

Bref, on pourrait remplir plusieurs pages de crétineries balancées par des gens enivrés par une auto-manipulation collective : on a gagné, on est heureux de partager notre bonheur tous ensemble, on oublie tout…. Putain, une telle jouissance, ça fait longtemps que ça ne nous est pas arrivé, profitons-en et transformons ce jour béni en gigantesque lupanar.

J’avoue avoir étonné ma compagne le lendemain matin, au réveil, en érigeant légèrement et subrepticement mon zigouigoui, pourtant à l’agonie depuis un certain temps.

- Mais que t’arrive-t-il, mon chéri ?

Me rappelant mes jeunes années passées à taper, moi aussi, dans un ballon rond, j’ai  répondu  tout de go, en faisant mon « mine que rien » :

- Je n’ai pas dormi de la nuit, j’ai rêvé que je prenais une douche avec tous les joueurs de l’équipe de France. Quelle orgie !

Kyllian est meilleur sur le terrain, il m’a beaucoup déçu.

 

Inutile de raconter la scène de ménage qui a suivi…

 

En tout cas, ce pseudo bonheur éphémère a réellement fait plaisir aux millionnaires en short qui tapent dans un ballon pendant une partie de leur vie.

Des millionnaires encouragés et adulés par des pauvres, c’est un exploit qui va bien au-delà d’une victoire sportive, fusse-t-elle mondiale !

Vivement dans 4 ans que l’on puisse à nouveau connaître une nouvelle puissante jouissance.

 

Aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhh…. c’est trop bon !

Encoreuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu…..

 

En attendant… on fait quoi ?

 

(1) Panem et circenses (littéralement « pain et jeux du cirque », souvent traduite par « Du pain et des jeux ») est une expression latine utilisée dans la Rome antique pour dénoncer l'usage délibéré fait par les empereurs romains de distributions de pain et d'organisation de jeux dans le but de flatter le peuple afin de s'attirer la bienveillance de l'opinion populaire (politique d'évergétisme). L'expression est tirée de la Satire X du poète latin Juvénal, qui lui donne un sens satirique et péjoratif ;


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.