eric.gruaz
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2022

eric.gruaz
Abonné·e de Mediapart

La France a un problème de pauvreté

Selon l'INSEE, l'Institut national de la statistique et des études économiques, "en 2018, un total de 1,9 million de personnes étaient en situation de grande pauvreté et 170 000 autres susceptibles de l'être.

eric.gruaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le taux de risque de pauvreté en France n'a pas diminué de manière significative ces dernières années et le public réclame des réformes pour atténuer la crise de la pauvreté. En 2018, le taux de pauvreté était d'environ 13,8 %, selon l'Eurostat, et il continue de tourner autour de ce chiffre avec des baisses et des hausses mineures. Il y a environ 2,8 millions d'enfants en France qui vivent dans la pauvreté, selon la société de recherche Statista. Comme le note la World Population Review (WPR), "la majorité des pays du monde, ainsi que des organisations telles que la Banque mondiale, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l'Union européenne, fixent le seuil de pauvreté national à 50 % du revenu médian d'une année donnée. Par exemple, le revenu médian aux États-Unis était de 67 521 dollars en 2020, de sorte que le seuil de pauvreté national selon les Nations unies serait de 33 761 dollars."

WPR note également que le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté dans le monde est en baisse depuis plusieurs décennies, "passant de 1,94 milliard en 1982 à 696 millions en 2017". Cette diminution est particulièrement encourageante car la population de la Terre a considérablement augmenté au cours de cette même période, passant d'environ 4,5 milliards de personnes en 1981 à plus de 7,8 milliards en 2021."

Toutefois, si les taux de pauvreté globaux se sont considérablement améliorés au cours des dernières décennies, plusieurs pays individuels ont connu une augmentation de la pauvreté. 696 millions de personnes vivent encore dans l'extrême pauvreté, avec moins de 1,90 euro par jour. Plus de 430 millions de ces personnes vivent en Afrique subsaharienne, la région la plus pauvre du monde, où plus de 40 % des personnes vivaient dans l'extrême pauvreté en 2018. De nombreux pays dans lesquels la pauvreté augmente ont été en proie à l'instabilité politique ou à des conflits. D'autres sont entravés par des catastrophes naturelles fréquentes ou des stress environnementaux permanents (augmentation de la sécheresse en particulier) causés par le changement climatique.

La France n'est pas différente.

Selon l'INSEE, l'Institut national de la statistique et des études économiques, "en 2018, un total de 1,9 million de personnes étaient en situation de grande pauvreté et 170 000 autres susceptibles de l'être. Sur ces 1,9 million de personnes en grande pauvreté et vivant dans un logement ordinaire, une habitation mobile ou sans domicile fixe, 35 % sont des enfants, tandis que 7 % sont âgés de 65 ans ou plus. 24% vivent dans les territoires français d'outre-mer, dont 10% à Mayotte et 14% dans les quatre autres territoires d'outre-mer. En outre, 79 000 personnes vivant dans des maisons de retraite ou d'autres établissements sanitaires ou sociaux et 86 000 personnes vivant dans des résidences universitaires ou des foyers ont des revenus particulièrement faibles et sont donc susceptibles de se trouver dans une situation de grande pauvreté."

Il est clair que la France a un problème de pauvreté et qu'elle doit travailler à le réduire. Cependant, il y a de bonnes nouvelles. Tout d'abord, la France est loin de faire partie des pays les plus mal lotis, dont la plupart se trouvent en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud. Mais cela n'a bien sûr aucune importance pour les personnes touchées par la pauvreté en France. Selon le projet Borgen, une majorité de Français a réélu Emmanuel Macron le 24 avril pour un nouveau mandat de cinq ans. "Celui que beaucoup appellent souvent le "président des riches" doit faire face à un pays qui connaît aujourd'hui de plus en plus d'inégalités."

Afin de répondre aux besoins de la population, le gouvernement français a pris différentes mesures pour faire face aux différentes crises qui touchent le pays. En 2018, Macron a institué un plan de 9,3 milliards de dollars pour lutter contre la pauvreté dans laquelle vivaient neuf millions de personnes en France. "La philosophie de Macron a toujours été de permettre aux gens de sortir de la pauvreté par le travail", note Borgen Project.

Écrivant pour le Borgen Project, Youssef Yazbek a déclaré que le gouvernement français doit faire de nouvelles réformes au cours des cinq prochaines années pour atténuer la crise de la pauvreté. "Après les efforts déployés pour atténuer la pauvreté au cours des cinq dernières années, le pays a davantage besoin de nouvelles réformes pour lutter contre la pauvreté."

Macron a déjà commencé à mettre en œuvre certaines réformes, mais il a beaucoup de travail à faire pour plaire à la partie de la population française qui est contre ses politiques et qui voit son pouvoir d'achat diminuer chaque jour. Si la pauvreté en France ne peut pas être complètement éradiquée, on peut faire beaucoup plus pour réduire sa propagation et soulager la souffrance de deux millions de nos merveilleux citoyens.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol