Les insultes et la violence, les suicides. La récupération de tout.

Nous le savons tous, la violence est celle de l'Etat et de certains Medias, par le mensonge , par le refus de répondre aux revendications. Nous le savons et pouvons le voir sur de nombreuses vidéos, la police insulte beaucoup plus alors qu'ils devraient , plus que tout autre, être sur la réserve. Nous le savons et nous accusons, il y a une violence absurde, jusqu'à des menaces dignes de "Game of thrones". Cela est rendu légitime par l'accord tacite de responsables d'Etat qui devront être jugés pour cela. Chaque dérapage dans une manifestation cadenassée, caillassée par les grenades et brutalisée par les matraques, est repris et monté en épingle par le Pouvoir qui a peur, et certains Médias qui se font le relais de l'injustice. Pas de justice pour les pauvres et les irréductibles, une Injustice croissante pour les manifestants. Qu'on se le dise, nous redécouvrons la politique d'une dictature, d'un Capitalisme de la Honte. Nous pouvons pleurer les suicides de nos concitoyens, et des gens bien ont dénoncé les appels au meurtre d'où qu'ils viennent. L'Etat ne fait pas le même chemin. L'Etat encourage la guerre civile et la violence, allant à refuser la justice pour des centaines de recours à l'IGPN, ne condamnant jamais SA violence, et délégétimant la légitime défense des GJ (masques, casques etc). Plusieurs gilets jaunes connus ont dénoncé ce "Suicidez vous" obscène et désespéré, car je mise, que ces gens qui ont eu recours à cela, n'en sont pas loin eux-mêmes. Il est évident que le suicide des policiers , comme il en fut pour France Telecom, ou d'autres entreprises nids du harcèlement relève de la Responsabilité des donneurs d'ordre: ils existent pour des raisons connues, ils existaient nombreux avant les GJ, comme ils existent chez les Paysans.


Que justice soit faite, et que l'Etat prenne ses responsabilités dans ce monde d'insultes.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.