herMésie 7

"herMésie" est la retranscription des enregistrements de caméras de surveillance du royaume de Côme l'Unique Lumière. Cet ovni va enthousiasmer la France et Ernest Shackleton vous le livre chaque jour en feuilleton.

 

=== 7 ===

 

- Que faites-vous, Monsieur... ?
- J’observe.
- Je ne vous ai jamais vu par ici. Vous êtes Monsieur... ?
- Jobserve.
- J’entends. Particulièrement dans quel but, Monsieur... ?
- Je suis chasseur de tête, on m’a dit de venir ici. Mais ça ne correspond pas du tout à l’idée que j’en avais. C’est toujours comme ça ?
- Oui bien sûr. Rien de nouveau depuis le Sâcre. Je dois noter votre intervention sur le registre, pouvez-vous me préciser votre nom ?
- Je n’interviens pas ! Vous voyez bien que je suis juste en observateur extérieur.
- Tout à fait juste. C’est bien là l’intervention puisque c’est le propre du lieu. Depuis la création du Parc, tout visiteur doit se considérer en interaction avec les résidents habituels, qu’il soit ou non conscient de sa valeur ajoutée. Combien de temps comptez-vous observer ?
- Et bien... Le temps de trouver quelques profils qui correspondent aux demandes que je dois honorer. Mais je vous avoue que la tâche semble complexe, je n’aurais pas imaginé ce... silence.
- Mais il ne pourrait en être autrement !! Un talent doit FORCEMENT être silencieux. Il ne peut y avoir d’expression du talent, au risque de le perdre ou de se le faire voler.
- Dites donc, l’intitulé est trompeur. C’est un Parc du Silence qu’il aurait été plus juste de le nommer. Quand on lit Parc des Talents, on s’attend à une cour des miracles, à un vivier de trouvailles drôles et innovantes, pas à une assemblée de moines extatiques.
- Détrompez-vous, le spectacle est à l’intérieur. Dans chacun d’eux se trouve une Fessenheim alimentée, un Efferalgan mouillé, un Coca secoué ! C’est très beau, c’est très fort.
- Vous le voyez ?
- Non, je l’imagine. Car je le sais. C’est écrit dans le règlement du Parc.
- Et chacun garde son bouillonnement pour son usage personnel ?
- Pas du tout, ils le partagent entre eux, ainsi qu’avec tout visiteur.
- Pourraient-ils le partager avec moi ?
- Ils le font. En ce moment même.
- Mais... Je ne perçois rien !
- C’est votre problème. Quel est votre nom, Monsieur... ?
- A quoi sert ce Parc ?
- Il ne sert pas, Monsieur. C’est une norme. Telle qu’édictée dans la Loi du Sâcre, depuis l’avènement de notre Royauté.
- Mais... les talents... ils ne servent plus la royauté ?
- Bien sûr qu’ils le font ! Seigneur ! Comment pouvez-vous déduire de telles conclusions, vous tenez de drôles de raisonnements ! Puisque je vous dis qu’ils communiquent. Une sorte de télépathie sûrement. Ils sont tellement brillants qu’ils ont mis au point un langage extracorporel qui propulse leurs idées. C’est textuellement écrit dans le règlement.
- Qui les propulse ? Vers qui ?
- Mais !!! Je ne crois pas que notre conversation soit en règle, je crains que votre esprit ne soit dissident et n’en vienne à me corrompre si nous poursuivons notre contact. Je me dois Monsieur je-ne-veux-pas-connaitre-votre-nom de vous reconduire au-delà de la limite d’influence du Parc. Ne résistez pas, dépêchons-nous.
- C’est une plaisanterie !
- Allons, suivez-moi avant que je n’appelle la Garde.
- Mais je m’en vais, n’ayez crainte. C’est vous qui me semblez perturbé.
- N’insistez pas, je ne veux plus vous parler.
- Mais dites-moi juste vers qui ils envoient le fruit de leur matière grise !!
- Mais vers le Roi, grand dieu.

  

- Avez-vous déjà observé Alighieri ?... Il est le seul à ne pas s'adapter.
- C'est-à-dire ?
- On dirait qu'il n'est pas briefé.
- C'est impossible.
- Je sais. Pourtant. C'est troublant.
- Franchement, tu nous fous la chair de poule, balances tout, qu'est-ce que t'as vu ?
- Rien de dingue, mais c'est juste qu'il n'adapte pas son discours.
- Tu veux dire quand quelqu'un sort du cadre ?
- Oui je vois de quoi il parle, typiquement dans un dialogue entre un cadre et un type des RH, quand ils parlent corporate, ça matche, mais dès que le type branle du genou, celui des RH réajuste son viseur pour l'achever. Et là si le type n'est pas mort, il réajuste vite fait son petit capteur d'alerte et il dégaine la soupe corporate toute prête en 1 seconde, super efficace, rapide et précis.
- C'est ça, on dirait que ça manque chez Alighieri.
- Peut-être parce que ça ne l'atteint plus.
- ...
- Allez les mecs, on arrête là. Moi ça me donne la tochpé.
- Je peux... je peux vous serrer dans mes bras ?
- Oui, là, là. Arrêtons d'y penser, c'est trop fou.

 

- à suivre -

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.