Esclarmonde
Graphiste illustratrice
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2017

Élections présidentielles 2017 : radiée sans sommation

Hier, le dimanche 23 avril 2017, nous sommes des milliers pour ne pas dire des millions (les chiffres grossissent au fur et à mesure des heures) à avoir appris que nous avions été radiés des listes électorales par la mairie dont nous dépendons. Parce que je trouve grave que nous soyons aussi nombreux à avoir été privés de nos droits civiques, j'ai décidé de témoigner.

Esclarmonde
Graphiste illustratrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Poitiers, 23 avril 2017. Premier tour des présidentielles françaises.

Ces élections on en parle depuis des mois, on en tremble, on craint le verdict du peuple de France. Jusqu’à il y a une semaine je faisais partie des indécis, de ce pourcentage monumental de la population qui ne savait pas pour qui voter. Et puis il y a une semaine j’ai décidé à qui je devais donner ma voix. Mieux que ça, j’ai su à qui je souhaitais l’offrir.

Ces élections sont importantes. Au niveau national bien sûr, le pays peut prendre des directions vraiment différentes selon qui est élu, mais aussi au niveau international. On le sent bien à l’attention qu’une partie du monde a porté à la campagne. L’Europe pourrait bien être bousculée, bouleversée même, pour le meilleur ou pour le pire... Et sans faire de chauvinisme le résultat du scrutin pourrait faire pencher la balance de la politique mondiale. J’ai le sentiment que nous avons atteint un point de basculement.

J’ai 40 ans. Je vote depuis que j’ai 18 ans et ces élections sont les plus importantes qu’il m’ait été donné de vivre.

En début d’après-midi hier je suis allée dans mon bureau de vote habituel, munie d’une carte d’électeur de 2015 (dernière en ma possession) et de ma carte d’identité, prête à remplir l’urne d’un précieux bulletin de plus. Au moment de l’identification, avant le vote, on m’annonce que je ne suis pas sur la liste des électeurs. - Sueurs froides - Peut-être dans un autre bureau de vote, les lieux de vote ont été modifiés, ils ne sont plus attribués par ordre alphabétique mais par proximité géographique (j’habite tout près mais bon... pourquoi pas)... Une des responsables appelle quelqu’un à la Mairie pour vérification et finit par m’annoncer que j’ai été radiée des listes électorales après trois envois infructueux de carte d’électeur.

Radiée !!!

J’ai été radiée sans sommation, sans appel téléphonique parce que trois fois de suite les cartes qu’ils m’envoyaient ne me sont pas parvenues. Mais où les adressaient-ils puisque la Mairie m’envoie d’autres courriers avec succès à mon adresse actuelle ?!

De plus, lors des régionales de 2015 je leur avais donné mon adresse puisqu’en effet je ne recevais pas leurs courriers électoraux. Nouvelle adresse qui avait été consignée par une personne de la permanence du bureau de vote. Cependant après enquête ce matin (24/04/2017) auprès de la Mairie et de la Préfecture de Poitiers, aucune trace de la remise en main propre de ma carte d’électeur en décembre 2015 pour les régionales ni du changement d’adresse (qui doivent pourtant être consignés dans un cahier prévu à cet effet afin de permettre une mise à jour de leurs listes).

Sans m’en informer, la Mairie de Poitiers m’a privée d’un droit fondamental citoyen, sans autre recours que me réinscrire pour les prochaines élections. Aucun moyen de voter cette fois. Je vais donc devoir assister à un événement national majeur sans pouvoir y participer à cause d’une erreur administrative, d’un manque de communication.

Je suis en colère. Révoltée et en colère. En colère devant cette énième preuve du dysfonctionnement d’un système devenu trop compliqué à gérer et qui a effacé l’humain. Nous sommes semble-t-il, à l’heure où j’écris, des milliers en France à ne pas avoir pu voter hier. L’administration française a ôté leur citoyenneté à des milliers de personnes hier.

Au-delà de l’émotion immédiate, je trouve cet événement grave. À quel moment a-t-on cessé d’être le pays des Droits de l’Homme ? À quel moment a-t-on perdu notre démocratie ?

Je suis allée à la Mairie et à la Préfecture ce matin pour déposer un dossier de recours. Leurs services reçoivent de nombreuses plaintes depuis hier. Je me demande combien nous sommes à cette heure à avoir été privés de notre voix sans avoir été avertis au préalable de l’annulation de notre droit de citoyen et pouvoir remédier à la situation.

Au-delà d’être grave d’un point de vue personnel, il me semble que c’est grave par rapport à ce que ça raconte de la société dans laquelle on vit. Il serait intéressant de nous réunir sur un espace virtuel commun pour nous rendre compte de l'ampleur du phénomène au niveau local et national.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd