Bonne Mère de Hafsia Herzi, sélection Cannes 2021

Bonne Mère de Hafsia Herzi sera présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes. Vie de famille, vie de quartier, Marseille comme personnage.

Bonne Mère de Hafsia Herzi, sélection Cannes 2021

 

cannes-2021-signatures-web-600x160-03
Hafsia Herzi (découverte comme actrice dans La Graine et le Mulet d’Abdellatif Kechiche en 2007, un rôle qui lui valut le César du meilleur espoir féminin) présente, à seulement 33 ans, son deuxième long-métrage. Le titre du film renvoie évidemment à la Basilique Notre-Dame-de-la-Garde qui veille sur Marseille, mais également à Nora, habitante des quartiers nord qui veille sur ses enfants.

Cette Nora au doux visage apparaît en femme solitaire dans plusieurs plans de la bande-annonce. On l’aperçoit travaillant comme technicienne de nettoyage dans un avion de ligne, puis comme auxiliaire de vie chez une vieille dame résidant dans un pavillon. La vie privée de Nora se déroule ailleurs, au milieu d’une cité, auprès de ses enfants. Son quotidien est rythmé de corvées, d’inquiétudes, mais aussi de plaisirs partagés. On la voit exécutant des tâches domestiques, dont ce très beau cadrage de la mère de famille agenouillée devant le lave-linge, très loin de la caméra, filmée dans l’entrebâillement d’une porte, comme un instant volé d’une solitude souvent tue.

Synopsis dévoilé par la production : Nora, la cinquantaine, femme de ménage de son état, veille sur sa petite famille dans une cité des quartiers nord de Marseille. Après une longue période de chômage, un soir de mauvaise inspiration, son fils aîné Ellyes s’est fourvoyé dans le braquage d’une station-service. Incarcéré depuis plusieurs mois, il attend son procès avec un mélange d’espoir et d’inquiétude. Nora fait tout pour lui rendre cette attente la moins insupportable possible…

Pauvreté, vie et survie au quotidien, chemins détournés, quête d'une certaine dignité, petits bonheurs, grandes espérances étant au programme de Bonne Mère et de Les Olympiades de Jacques Audiard, autre film dans la sélection officielle, il sera intéressant de comparer la vision de Hafsia Herzi sur les invisibles de Marseille à celle d'Audiard sur les déclassés de Paris.

 

Esther Heboyan

22/06/2021

 

bonne-me-re-affiche

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.