Blue Bayou de Justin Chon, sélection Cannes 2021

Blue Bayou de Justin Chon sera présenté au Festival de Cannes. L'Amérique du Nord, la Louisiane, citoyenneté et législation, bonheur familial en péril.

Blue Bayou de Justin Chon

 

cannes-2021-signatures-web-600x160-01

Sélectionné au Festival de Cannes 2021 dans la catégorie Un Certain Regard, Blue Bayou de l’Américain Justin Chon éveille la curiosité. À ce jour, pas de bande-annonce, très peu de photos, un synopsis tout de même. Antonio LeBlanc (Justin Chon), un Américain d’origine sud-coréenne, installé en Louisiane avec sa femme Kathy (Alicia Vikander), découvre une faille dans son statut d’enfant adopté qui pourrait causer sa déportation des États-Unis, le seul pays qu’il connaisse. Tourné sous l’ère Trump, le film est assurément un drame.

Une image montre la famille à l’avant d’un véhicule, l’homme heureux et déterminé au volant, la femme tout sourire enlace sa fillette qui serre une peluche rose. Cadrage rapproché, personnages baignés de lumière, scène de la vie simple. Le trio est confiant, regarde la route comme une promesse. Une autre image, en contre-plongée, glorifie un moment intimiste dans un paysage naturel. Le couple et l’enfant se tiennent à gauche de l’écran, contemplent un point hors champ, forment une trinité tranquille avec le ciel et le sommet d’un arbre immense au-dessus d’eux. Leur bonheur, trop parfait, va être contrarié.

Le titre du film est peut-être une référence à la chanson Blue Bayou, une ballade mélancolique qui fut inspirée à Roy Orbison et Joe Melson lors d’un voyage entre l’Arkansas et le Texas et qui fut magistralement reprise par Linda Ronstadt en 1977. Si l’on écoute les paroles de la chanson, on devine que le film de Chon évoque le lien viscéral, indestructible que les individus entretiennent avec leur ville, région, pays. On devine que l’éloignement de cet espace – la Louisiane, ses bayous, ses gens, son atmosphère – n’engendrera que nostalgie. « I'm going back someday/Come what may/To Blue Bayou/Where the folks are fun/And the world is mine. » (« Un jour je retournerai/Advienne que pourra/À Blue Bayou/Où les gens sont sympas/Et le monde est à moi. »)

 

Le long-métrage de Justin Chon (passé derrière la caméra après avoir été acteur dans la saga Twilight) ajoute un motif politique à l’éloignement et à la séparation d’avec la ville natale et la cellule familiale. Toute la question est de savoir comment des citoyens ordinaires, soudain pris au piège par les autorités, se confrontent à leur sort.

 

Esther Heboyan

23/06/2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.