Tre Piani de Nanni Moretti, sélection Cannes 2021

Tre Piani de Nanni Moretti, sélection Cannes 2021. Trois familles de la bourgeoisie romaine, la difficulté d'être, unité de lieu et de temps.

Tre Piani de Nanni Moretti, sélection Cannes 2021

 

cannes-2021-signatures-web-600x160-01
Adapté du roman Trois étages d’Eshkol Nevo qui a pour décor Tel Aviv, Tre Piani de l’Italien Nanni Moretti est situé à Rome, sur la rive droite du Tibre dans le quartier huppé de Prati. Trois familles bourgeoises habitant le même immeuble doivent composer avec divers aspects de l’existence – amour, solitude, chagrin, méfiance, souvenirs, vie professionnelle, relations familiales... Moretti en a co-écrit le scénario avec Federica Pontremoli et Valia Santella. On peut imaginer que parallélismes et enchevêtrements s’opèrent entre les trois histoires.

Le synopsis : Une série d’événements va transformer radicalement l’existence des habitants d’un immeuble romain, dévoilant leur difficulté à être parent, frère ou voisin dans un monde où les rancœurs et la peur semblent avoir eu raison du vivre ensemble.
Tandis que les hommes sont prisonniers de leurs entêtements, les femmes tentent, chacune à leur manière, de raccommoder ces vies désunies et de transmettre enfin sereinement un amour que l’on aurait pu croire à jamais disparu…

À l’annonce de sa sélection officielle au Festival de Cannes, le réalisateur a fait la promotion de son film sur son compte Instagram par le biais d’une vidéo : des personnages féminins de tout âge se maquillant, s'habillant face à un miroir (par ordre d’apparition, Alba RohrwacherGea Dall’Orto, Elena LiettiMargherita Buy, Denise Tantucci), et Nanni Moretti lui-même, d’abord face à sa garde-robe puis face au miroir de la salle de bain, écoutent et chantent le hit Soldi (« Argent ») du chanteur-compositeur pop Mahmood. Dans des moments qui semblent voués à la frivolité, du moins à une certaine légèreté, les paroles de la chanson rappellent la fatalité qui pourrait accabler chacun : « È difficile stare al mondo/Quando perdi l’orgoglio » (« Il est difficile d’être au monde/Quand on a perdu la fierté »).

Moretti nous a habitués à réfléchir à des sujets graves tout en usant d’un détachement salutaire, c’est-à-dire d’un comique à la Moretti. On peut s’attendre à ce que Tre Piani n’échappe pas à cette double écriture.

 

Esther Heboyan

27/06/2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.