Covid-19 : On n’ va pas s’ casser ni s’ laisser crever

On se lève tous et toutes avec Annie Ernaux ! On n’ va pas s’casser, on n’ va pas s’ laisser crever non plus. Non, ceci n’est pas une guerre, mais un virus qui se propage.

Covid-19: On n' va pas s' casser ni s' laisser crever

On se lève tous et toutes avec Annie Ernaux ! On n’ va pas s’casser, on n’ va pas s’ laisser crever non plus. Non, ceci n’est pas une guerre. Le mot guerre ne doit pas être galvaudé. C’est irresponsable, immoral, et intellectuellement irrecevable, sémantiquement impropre. C’est une mauvaise métaphore. Une image découpée dans une bande dessinée pour désigner une réalité sans contours, invasive, incontrôlable et assassine. Dans une pharmacie de quartier, une dame, la cinquantaine digne, somme des annonces faites à la télé, annonce à la pharmacienne : « C’est pire que la guerre. Au moins, pendant la guerre, on peut être solidaire. » Est-ce que mes oreilles ont bien entendu ?

Ceci n’est pas une guerre. Mais un virus qui se propage et qui emporte des gens de tout âge, de toute condition sociale, sur tous les continents. Et ce n’est pas du pipeau. Les frontières, reconstituées là où elles avaient disparu, verrouillées là où elles existaient, n’y peuvent rien. Après avoir débité des discours qui se voulaient rassurants, après avoir tergiversé pour organiser le confinement, voici venu le temps de se prendre le virus dans la gueule. On est enfin d’accord pour reconnaître et subir la dangerosité du Covid-19. Il faut prendre la vie ou la mort avec des gants. C’est un peu tard pour certains.

Il n'y a pas si longtemps à la Gare du Nord, les voyageurs avaient obligation de poser leur billet imprimé, smartphone sophistiqué, carte « Grand Voyageur » ou « Grand Voyageur Plus » sur le lecteur aux portiques d’embarquement.  Ce matin-là, sur le chemin du travail, je me suis dit que le lecteur de billets devait être auto-désinfectant et que je ne risquais rien. Le soir, au retour, quelle bonne surprise de se faire contrôler par un contrôleur fort jovial qui, non content de son terminal mobile à puces, voulait tout vérifier de ses propres mains, passant de voyageur en voyageur. Là encore, je me suis dit que je devais croire à un miracle, n’importe lequel.

Arrivent donc le confinement et le comptage des morts.

Des morts dans le Grand Est, en Italie, à New York, à Paris. Des morts qu’on attend en Louisiane (carnaval du Mardi Gras non-annulé, on se demande pourquoi), en Inde, en Afrique. Une dame dans un EHPAD parisien vient de mourir. Ce matin à 5h30, m’a dit sa fille tout à l’heure. Elle avait été infectée il y a peu de temps. Lorsqu’elle est tombée malade, on ne l’a même pas transportée à l’hôpital. Car l’hôpital se porte mal.

Par manque d’argent, crie-t-on dans les rues et sur les toits depuis fort longtemps. Ah, l’argent, cette délicieuse chimère, si chichement distribuée aux uns, et si généreusement allouée à quelques-uns. Ou si l’on inverse l’effet optique : les uns méritent l’argent qu’ils n’ont pas, les quelques-uns méritent tout l’argent qu’ils ont. Tant mieux ou tant pis. Surtout ne pas bouleverser l’ordre des choses ni des castes. Chacun à sa place. Religions et dogmes nous le rappellent assez souvent. Quoi ! Le mot « destin » n’est pas encore inscrit dans la Constitution ?

Dans les hôpitaux de France, il n’y a pas de places pour tous les malades. Tous sont délogés par la même enseigne : l’État décliné à gauche, au centre, à droite, qui a appauvri le service public hospitalier. Pas assez de lits, pas assez de soignants. Déjà en temps normal, les urgences sont débordées et souffrent d’un « protocole » que même un dramaturge n’aurait osé imaginer. Alors, en temps de crise sanitaire, imaginez donc... Certes, le corps médical fait de son mieux. Mais tout de même, dans un pays comme la France, on pourrait faire encore mieux, non ?

Le peuple a peut-être la mémoire courte. Mais le Covid-19 fait à jamais partie de la mémoire collective. Les morts vont demander des comptes. Les malades vont se lever. Les vivants n’ vont pas s’ casser ni s’ laisser crever.

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.