Humanité

Le droit de vie se résume t il à une couleur de peau ?

400 ans d’esclavage, relisez ces quelques mots… quatre cent ans d'esclavage… 4 siècles à persécuter, rabaisser, déshumaniser, tuer, torturer, violer, pillier, exploiter des HUMAINS sur des générations & des générations… et pour quelle raison a t on permis & laissé faire de telles atrocités ? Pour le profit et l’enrichissement matériel d’une poignée de nations européennes. 

Au nom d’une supposée suprématie de la culture occidentale plus “civilisée” une campagne de déshumanisation à échelle mondiale s’est tenue… et perdure encore de nos jours.

Puisqu’ils ne sont pas humains, tout est permis au nom du profit & des conquérants.

Allant jusqu’au génocide de masse & aux manipulations politiques pour piller les richesses d’un continent.

L’occident a décrété que sa culture était supérieure… pourtant on voit bien aujourd’hui ce que le monde occidental a apporté et comment il a contribué à la destruction de notre habitat, à l’affaiblissement des plus fragiles toujours au nom du même Dieu : le profit.

Comment une couleur de peau peut elle entrer en ligne de compte pour décider de la manière dont on traite une autre HUMAIN ?

L’héritage de ce passé colonial en est naturellement la cause directe, ces idéaux de supériorité de la race blanche ont duré 4 siècles… si on ne parle “que” de l’esclavage, mais l’héritage de cette culture de division du genre humain de la peur et de la haine de la différence perdure encore aujourd’hui.

Que l’on parle de pigmentation de peau, de genre ou d’orientation sexuelle rien de tout cela ne devrait et ne doit entrer en compte dans nos interactions et relations. 

Rien de tout cela ne doit compter pour permettre un accès à une éducation de qualité, à un travail, à un logement décent, à la culture, à la vie en société.
Rien de tout cela ne doit nous diviser. 

 “Diviser pour mieux régner” ce modo a tant et si bien fonctionné qu’aujourd’hui nous ne sommes même plus capable d’agir pour sauver la vie d’une personne en train d’être tuée par un représentant de la loi. 

Combien d’atrocité encore allons nous laisseer passer sous nos yeux avant de comprendre que peu importe ses différences, l’autre n’est pas un ennemi par sa seule existence ? 

La maltraitance systématique & répétée de toute une partie du peuple par la société dont nous faisons partie ne doit plus rester impunie, minimisée ou passer sous silence.

 “Ce n’est qu’aux États Unis qu’on voit ça, en France c’est pas pareil”... toi qui me lis si tu ne le sais pas encore laisse moi te dire que si, en France c’est pareil & même bien plus insidieux et hypocrite.
Adama, Théo, Zied & Bouna… la liste est bien trop longue sans parler de toutes les autres bavures passées sous silence, dont les plaintes se perdent dans les méandres administratives...

Comment puis je le savoir moi qui suis blanche ? Mon parcours de vie m’a permis de grandir dans une cité, j’ai grandi avec cette référence d’une identité humaine plurielle où les différences s’enrichissent et se complètent, où la couleur de peau n’est qu’un attribut physique quand je regarde mes voisins, mes amis, ma famille. 

Mais très tôt j’ai bien vu que mes amis, mes proches ma famille n’avaient pas droit au même traitement par la société, que ce soit pour trouver un logement ou un travail et pire encore…
La création des cités dortoirs, ghetto où la France a parké des vagues d’immigrations qui ont servi à bâtir cette France (dont les bâtisseurs sont exclus) se sont vues abandonner par les pouvoirs publiques, la qualité de l’éducation, la désertion des services publics, de la police de proximité, des systèmes de soins… Encore une fois on a laissé pour compte toute une population dont on avait pillé pendant des siècles les richesses et qui venait en France espérant trouver un eldorado… 

La France avait la réputation d’être une terre d’accueil… elle a pillé, réduit au silence et à la pauvreté toute une partie de sa population aujourd’hui les camps d’immigrés sont dans des états d’insalubrité criante et des personnes fuyant les conséquences même de l’ingérence de l’état sur la scène internationale se voient expulsées et traquées.

Les forces de l’ordre dont le devoir est de protéger la population ne sont aujourd'hui plus du tout source de sécurité mais source de crainte.  

Imaginez vous vivre dans un pays où parce que vous êtes blanc vous vivrez dans un quartier pauvre car votre nom de famille trop connoté ne vous donnera pas accès à d’autres lieux de vie, où vous n’aurez pas accès à une éducation de qualité mais plutôt à des salles de classe surpeuplées tenues par des instituteurs inexpérimentés et épuisés, où même si à force d’acharnement vous réussissez à accéder à des études supérieures et que votre BAC +4 en poche vous cherchiez du travail mais après des années de recherche aucune porte ne s’ouvre à vous, vous mettiez vos ambitions dans votre poche et vous acceptiez des postes sous payés parce qu’il faut bien gagner sa vie. Imaginez vous que du fait de votre blancheur vous aurez droit dès 12 ans à des contrôles de papier musclés, au délit de faciès, et la peur au ventre d’une bavure à chaque fois que vous entendrez des sirènes de police ou croiserez une patrouille. 

Imaginez vous vivre dans ces conditions.

Quelle vie mèneriez-vous ?

 

Chers tous ne nous taisons plus face à tout cela et même mieux faisons entendre nos voix, interposons nous quand la vie d’un humain est en danger. Agissons.

Je n’appelle pas à la violence gratuite mais quand les forces de l’ordre sont une menace pour l’intégrité physique de l’un des nôtres alors défendons nous.

N’oublions pas que ce qui nous divise est à leur profit et à nos dépends.

Aujourd’hui l’heure est extrêmement grave car nous sommes à un tournant historique de l’humanité. 

Il est évident maintenant de voir quel est le plan de nos sociétés capitalistes : mettre le profit et l’enrichissement des 1% en premier plan et pour se faire privatiser les services publiques agonisant, supprimer les aides aux populations les plus en difficultés, les enjoindre à retourner travailler pour relancer une économie qui est à l’aube d’une récession sans précédent, et dont la crise alimentaire n’est pas loin, accepter la censure, le contrôle sécuritaire…

L’avenir ne semble pas radieux… pour ma part il me terrorise.  

Mais cette crise que nous connaissons est une opportunité. 

C’est l’opportunité de s’unir d’une seule voix contre toutes ces injustices envers l’humanité. 

L’esclavage est un crime contre l’humanité, son héritage l’est aussi. 

L’humanité est plurielle, nos couleurs, nos genres, nos handicaps et nos orientations sexuelles ne peuvent être la cause d’une différence de traitement quelle qu’elle soit. 

Unis & solidaire il n’y a qu’ainsi que je peux imaginer un avenir meilleur, car le changement radical et profond de nos sociétés ne pourra se faire sans chacun des acteurs qui la composent : nous. 

Ils ont la force des chiffres certes, mais nous avons la force du nombre. 

Ouvrons les yeux et agissons.
Ce monde d’après c’est à nous de le construire et de l’inventer, ensemble.

 

eStiA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.