eth-85

Avocate au Barreau de Paris

France

Sa biographie
Engagée dans la défense des droits des femmes et des victimes de violences sexuelles, je plaide devant les juridictions pénales et prudhommales. Intéressée par les problématiques éthiques et la lutte contre fraude et la corruption, ainsi qu'à l'environnement, j'ai récemment validé mes compétences au terme d'une formation d'un an de "compliance officer". Actrice d'information et de prévention dans les entreprises et les organismes publics, je réalise aussi des audits et des enquêtes. Passionnée par la politique et l'histoire autant que par la philosophie et la sociologie. Thèse de droit public en cours ("Les politiques publiques françaises de prévention et de sanction contre les violences à l'égard des femmes de 1958 à nos jours et leurs outils juridiques").
Son blog
18 abonnés Le blog de eth-85
Voir tous
  • Faire mâle à tout prix : écarter les femmes de la politique par les violences

    Par
    Ne rien faire de concret contre les violences de genre internes aux organisations politiques, c'est les favoriser. Les favoriser c’est nous discriminer.
  • Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »

    Par
    Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
  • Violences en politique : combats anciens et avancées récentes

    Par
    Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
  • La prétendue violation de la présomption d'innocence, un discours militant

    Par
    L'affaire (ou plutôt, la « non-affaire » ?) Abad est de nouveau l'occasion de revenir sur le sujet de la présomption d'innocence, à propos de laquelle tant de choses fausses ou inexactes sont dites, y compris par des professionnels du droit (qui font plutôt de la propagande que du droit).
  • Penser les contradictions : la victime n’est pas l’ennemie des droits de la défense

    Par
    Notre droit connaît aujourd’hui officiellement de la « partie civile » et de « la victime » dans la procédure pénale ;certain.e.s s’en offusquent et reconnaissent ouvertement « militer » (sic) pour que ce terme disparaisse allant même jusqu’à préciser que, en tout cas pour les violences sexuelles, on ne pourrait pas parler de « victime » tant qu’il n’y aurait pas de coupable condamné