Etienne LUNAIRE
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Des nouvelles des puces et radioetiquettes RFID

Malgré les retards dans les chaînes d'approvisionnements dûs à la pandémie de Covid-19, l'industrie de la RFID connaît une croissance, avec une augmentation de 600 millions de dollars prévue pour l'année 2022. Pour quels impacts ?

Etienne LUNAIRE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Malgré les retards dans les chaînes d'approvisionnements dûs à la pandémie de Covid-19, l'industrie de la RFID connaît une croissance, avec une augmentation de 600 millions de dollars prévue pour l'année 2022, d'après les prédictions d'IdTechEx [1]. 

Le domaine de la vente de détail a connu de fortes perturbations pendant la pandémie de COVID-19. Les consommateurs veulent désormais de nouvelles façons de faire leurs achats, et de ce fait, le paiement en libre-service continue de prendre de l'ampleur. Les systèmes d'inventaires classiques (à la main et/ou avec codes barres) deviennent obsolètes. De plus en plus de marques et de détaillants se tournent donc vers les solutions RFID. En effet, cette technologie permet un gain de temps considérable pour les inventaires, les vérifications de bons de commande et le suivi de produits tout au long de la supplychain. Comment ça marche ? En fait, chaque produit a une radioetiquette qui peut être lue jusqu'à une distance de 10 mètres par un lecteur dédié. Cela permet de lire à la volée le "code barre" d'un grand nombre de produits d'un seul coup et à distance. De  nombreuses caisses automatiques intégrent aussi cette technologie pour détecter puis facturer les produits achetés par les consommateurs. Un portique de sécurité peut également vérifier que l'article n'a pas été volé. En définitive, ce petit miracle technologique a de nombreux atouts pour continuer à se déployer partout…

Pourtant malgré toutes ces opportunités de marchés [2],  quelqu'un a-t-il pensé à l'impact environnemental de la dissémination de milliards de puces RFID sur la Terre ?

Où finissent ces radioetiquettes une fois le produit acheté ?

> Dans une poubelle, dans le meilleur des cas [3].

Quel gâchis technologique représente ce type d'objet connecté à courte durée de vie ?

> Un gâchis de composants et matériaux notable rapporté à la masse de l'étiquette connectée [3].

La présence d'une radioetiquette complique-t-elle le recyclage d'un article ou d'un emballage initialement recyclable ?

> Oui dans la plupart des cas [3].

sadEarth © EU

[1] : RFID Forecasts, Players and Opportunities 2019-2029: IDTechEx

://www.idtechex.com/fr/research-report/rfid-forecasts-players-and-opportunities-2019-2029/700

[2] : Rain RFID in retail : https://www.pressreleasepoint.com/rain-rfid-retail-how-overcome-roadblocks-adoption

[3] : Avec ou "sans contact" ?, Mille milliards de puces RFID ?, Etienne Lemaire, ISBN : 9782322399918, https://www.bod.fr/librairie/avec-ou-sans-contact-o-etienne-lemaire-9782322399918

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot