Libye : l’enfer sur terre pour les réfugiés et migrants

Le nouveau rapport d'Amnesty International qui vient de paraître intitulé "Between life and death" : Refugees and migrants trapped in Libya’s cycle of abuse, dresse un terrible constat et apporte de nouvelles preuves que les personnes réfugiées ou migrantes sont prises au piège dans un terrifiant cycle de violences en Libye.

La liste de violences est insoutenable :

homicides, disparitions forcées, viols,

travail forcé, enlèvements, détention arbitraire.

Hommes, femmes, enfants : personne n’y échappe.

Amnesty International

 

Libye : l’enfer sur terre pour les réfugiés et migrants

Homicides, viols, torture, disparition forcée… Les témoignages des violences infligées aux réfugiés et migrants en Libye que nous avons recueillis sont insoutenables. Lors de l’annonce du nouveau pacte asile et immigration le 23 septembre, la Commission européenne a encore martelé que la coopération avec les pays tiers était une pierre angulaire de la politique européenne sur l’immigration. Or, l’Union européenne ne peut plus cautionner de tels agissements en continuant sa coopération avec la Libye.

Notre nouveau rapport intitulé "Between life and death" : Refugees and migrants trapped in Libya’s cycle of abuse, dresse un terrible constat et apporte de nouvelles preuves que les personnes réfugiées ou migrantes sont prises au piège dans un terrifiant cycle de violences en Libye. La liste de violences est insoutenable : homicides, disparitions forcées, viols, travail forcé, enlèvements, détention arbitraire. Hommes, femmes, enfants : personne n’y échappe.

.../...

Pas de coopération, tant que les personnes sont en danger

Compte tenu du fait que les autorités libyennes ne remédient toujours pas aux violences persistantes commises contre les réfugiés et les migrants, y compris par des agents gouvernementaux et par des milices affiliées au gouvernement, l’Union européenne et ses États membres doivent totalement revoir leur coopération avec les autorités libyennes. Aucune aide supplémentaire ne doit être fournie matériellement ou financièrement à la Libye tant que les terribles violences infligées aux réfugiés et migrants continuent. 

Pour l’heure, toute personne secourue ou interceptée en mer Méditerranée ne doit pas être renvoyée en Libye. La Libye est aujourd’hui un enfer, et non un pays sûr.  

 

 

"Entre la vie et la mort" :

Le personnes réfugiées et migrantes prises dans la tourmente des violences en Libye

rapport publié le 25 septembre 2020

Amnesty International

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.