Chroniques des invisibles, lecture musicale

Eux, ce sont les « quatre-vingts d’Auber », les habitants d’un squat situé au 81, avenue Victor-Hugo, à Aubervilliers. C’était leur adresse, c’est devenu un spectacle et l’histoire d’une lutte pour la régularisation.
  • Date Le 24 novembre 2017
  • Lieu THEATRE OUVERT-CENTRE NATIONAL DES DRAMATURGIES CONTEMPORAINES 4 bis Cité Véron 75018, 75018 Paris
  • Réservation, inscription Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO) Par téléphone 01 42 55 55 50 (le lundi de 11h30 à 13h30 et de 14h30 à 17h30 ; du mardi au vendredi de 10h à 13h30 et de 14h30 à 18h). Par courriel : resa@theatreouvert.com Sur place : 1 heure avant le début de la présentation
  • Information vendredi 24 novembre de 19:00 à 20:00 -

Organisé par les Editions Le Passager Clandestin

 À partir d’un montage d’extraits de Chroniques des invisibles, cette lecture musicale revient sur la rencontre improbable entre deux univers – celui du théâtre et de ses feux, celui de la clandestinité et du combat pour sortir de l’ombre – et sur le parcours initiatique commun qui en a découlé.
Les invisibles, ceux que l’administration ne veut pas voir, ceux qu’on parque ou qu’on chasse, ceux qui se lèvent tôt et qui rentrent tard, qui habitent des campements ou des squats insalubres, vivent ici, travaillent ici, mais sont privés d’espace public, évitent les lieux où sont les Blancs et ne fréquentent pas les cafés, les parcs, les cinémas ou les théâtres, par peur des rafles et des contrôles. Parce qu’ils sont sans papiers et sans toit, ils sont sans voix et sans visage.
En mai 2015, huit d’entre eux ont pris le risque de venir en pleine lumière. Eux, ce sont les « quatre-vingts d’Auber », les habitants d’un squat situé au 81, avenue Victor-Hugo, à Aubervilliers. C’était leur adresse, c’est devenu un spectacle et l’histoire d’une lutte pour la régularisation. Chronique des invisibles raconte cette aventure depuis les premières inquiétudes jusqu’à l’étrange vertige du succès. Il fait le récit de cette création et de cette lutte de deux années qui les aura conduits du squat au Festival d’Avignon.
Le texte est publié aux éditions Le passager clandestin.
Dans le cadre de Focus, Temps fort sur les écritures contemporaines, du 23 au 29 novembre au Théâtre ouvert.
Texte de Barbara Métais-Chastanier. Création musicale de Sarah Métais-Chastanier. Lecture musiciale par Julie Moulier et Sarah Métais-Chastanier.

 

Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
Par téléphone 01 42 55 55 50 (le lundi de 11h30 à 13h30 et de 14h30 à 17h30 ; du mardi au vendredi de 10h à 13h30 et de 14h30 à 18h).
Par courriel : resa@theatreouvert.com
Sur place : 1 heure avant le début de la présentation
Règlement par carte bancaire, en espèces ou par chèque à l’ordre de RATO Diffusion
Les places achetées sont à retirer au théâtre au plus tard 20 minutes avant le début de la présentation.
Un justificatif est demandé au moment du retrait pour les places ouvrant droit à réduction.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.