Blog suivi par 161 abonnés

Lettres d'Italie, de Picardie et d'ailleurs

  • Aux amateurs de Georges Brassens - "Le bleu des Bleuets"

    Par | 26 commentaires | 8 recommandés
  • Nous étions pauvres et dans les temps qui suivirent débuta l'immigration

    Par | 18 commentaires | 8 recommandés
    Billet en "résonnance" et en remerciement à celui de Mireille poulain Giorgi  25 avril, anniversaire de la Libération de l'Italie  …/… J'ai relu le journal de Nuto du 22 au 30 avril 1945, des Alpes -Maritimes à Cuneo. Ce ne sont pas des jours de liberté exaltante, mais plutôt d'ironie amère et de douleur contenue en pensant aux camarades tombés dans la montagne, où transparaît l'angoisse d'avoir à l'annoncer aux familles. …/…Dans mon village, les partisans, compagnons de jeux de l'enfance et de l'école, se tenaient à la lisière des forêts dans l'attente du signal. Ils portaient, noués autour du cou, des foulards tricolores, verts ou rouges, qu'ils avaient tenus cachés jusqu'au soir précédent sous leur chandail ou leur veste pour ne pas offrir une cible. Broca s'était jeté dans la chasse aux allemands et aux fascistes parce qu'il voulait venger son père assassiné sur le seuil de la maison. Dans la villa que les Allemands avaient réquisitionnée pour leur blessés convalescents, ceux-ci avaient tiré sur un de leurs camarades qui voulait prendre contact avec les partisans. Les soldats allemands avaient orchestré leur propre peur en battant en retraite avec armes et bagages par les routes remontant la vallée. Partout où ils étaient attaqués leur fureur sauvage se déchaînait, massacrant et brûlant les maison. Comme à Pedascala. Les nôtres n'avaient pas tenu compte du dicton qui dit : «  À l'ennemi qui fuit, ménage un pont en or. » …/… …/…les cloches qui étaient encore intacte dans le campanile et la tour de la mairie avaient, sur le signal des partisans, commencé à sonner à toute volée tandis que les groupes en fête entraient en criant « liberté ! » et en chantant : «  Notre patrie est le monde entier ! Notre loi est la liberté !... »Nous étions pauvres et dans les temps qui suivirent débuta l'immigration vers la France, la Belgique, le Canada, l'Argentine, l'Australie…(requiem pour un alpiniste, 2007, La fosse aux Ours) Extraits (p46 à 49) de Pour Primo Levi  traduit par François MASPERO.   - Éditions : La fosse aux ours –  
  • Ce week-end on s'en écoute une, une seule

    Par | 13 commentaires | 6 recommandés
    Le Bal - Félix Leclerc et Raymond Devos © OztarAntoine
    Je pensais poursuivre ma série de"ce week-end on s'en prends cinq"des déclinaisons d'une même composition par plusieurs interprètesmais je viens de voir une merveilleuse vidéo que je ne peux que partager icibon week-end à tous.     
  • Dans le monde, il y a plus de Sud que de Nord - Erri de Luca

    Par | 11 commentaires | 7 recommandés
    Dans le monde, il y a plus de Sud que de Nord. L'équateur ne marque pas la frontière entre les deux points géographiques. Le Sud le chevauche, arrive au sommet de l'Afrique, monte la méditerranée et habite l'Europe. Le Sud produit de la vie en surabondance et remplace ses pertes les plus atroces. Son énergie franchit chaque frontière, digue, barrage.
  • Notre mer qui n'êtes pas aux cieux

    Par | 58 commentaires | 30 recommandés
    Erri De Luca: La mia preghiera laica © La7 Attualità
    Ma prière laïque - Erri de Luca : Mare nostro che non sei nei cieli
  • De la fierté d'être un héros de temps modernes.

    Par | 20 commentaires | 8 recommandés
  • Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : Erri de Luca, La responsabilité de l’écrivain aujourd'hui

    Par | 10 commentaires | 4 recommandés
  • Daniel Pennac : "Erri de Luca un saboteur ? l'accusation est absurde"

    Par | 4 commentaires | 2 recommandés
  • Lettre d'Italie - Erri de Luca : "La doppia vita dei numeri"

    Par | 7 commentaires | 6 recommandés
    Traduction par mes soins d'un petit billet  sur sa page facebook de mon amie Mariapia Metallo.(Les notes de bas de page sont de moi)   
  • In memoriam

    Par | 4 recommandés
    Il est des souvenirs si précieux des êtres aimésque seulsla musiqueetle silencepeuvent accompagner