expert actualites
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2015

Pascal Cotte découvreur de la Dame à l'Hermine de Léonard de Vinci

Voici  Pascal COTTE inventeur du Jumboscan multispectral qui a permis de faire des découvertes inédites sur la Dame à l’Hermine de Léonard de Vinci publiées dans un livre : « Lumière sur La Dame à l’hermine » et dans le mensuel Science & Vie de Juillet 2015.

expert actualites
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Voici  Pascal COTTE inventeur du Jumboscan multispectral qui a permis de faire des découvertes inédites sur la Dame à l’Hermine de Léonard de Vinci publiées dans un livre : « Lumière sur La Dame à l’hermine » et dans le mensuel Science & Vie de Juillet 2015.

Expert-Actualités : Bonjour Pascal, présentez vous.

Pascal COTTE : Bonjour, mon travail consiste à développer des outils d’aide à l’expertise de tableaux de peinture.

Expert-Actualités : En quoi cela consiste ?

Pascal COTTE : Le Jumboscan prend une “méga” photo du tableau avec 3,2 milliards de mesures. Cette photo est en très haute résolution et multispectrale. On peut faire une analogie avec l’astronomie et un télescope sur terre ou comme Hubble dans l’espace. Les appareils photos classiques prennent 3 couleurs de base (rouge vert bleu). Le Jumboscan utilise 13 filtres couleur très précis qui découpent la lumière de l’infrarouge à l’ultraviolet. Un traitement informatique permet de recalculer le spectre de chaque point (pixel) pour, par exemple parmi les applications possibles, identifier les pigments utilisés par le peintre. Ainsi une base spectrale de pigments permet d’aider les experts à identifier le peintre. La base de pigments est spécialisée par époque et par peintre. En effet la couleur rouge n’est pas la même à chaque époque, aujourd’hui elle est fabriquée avec des produits issus de l’industrie pétrolière, mais au moyen-âge elle était fabriquée avec les produits de l’époque. Cela est valable pour toutes les couleurs. De plus chaque artiste y ajoute sa touche personnelle en ajoutant par exemple un produit de l’époque. Aujourd’hui certains produits n’existent plus ou sont interdits par la réglementation (plomb)

Mais obtenir le spectre de chaque pixel a aussi une autre utilité, celle que nous utilisons le plus, c’est de permettre de décomposer la couche picturale comme un millefeuille.

On peut donc recomposer couche par couche toute l’histoire de la création de la peinture. Voir chaque coup de brosse, chaque coup de pinceau, chaque trait. C’est magique.

Expert-Actualités : Donc le Jumboscan est un méga appareil photo comme le télescope Hubble ?

Pascal COTTE : Cela se rapproche. Surtout par le fait que les mesures ne sont pas directement exploitables. Il faut des heures de traitements logiciels pour extraire l’information. Pour un peintre donné des heures et des heures de scan des différents tableaux étalons permettent d’avoir une calibration fine. Chaque peintre a une « signature » pour une époque donnée. En fait selon la période et les coutumes, les peintres font évoluer leur technique. Cela est vrai aussi pour la palette de pigments, la gamme chromatique, la technique picturale, le support, le graphisme, etc.

Expert-Actualités : On parle beaucoup de vous pour Léonard de Vinci, pourquoi ?

Pascal COTTE : En octobre 2004, Le Louvre m’a invité à numériser La Joconde. C’est un très grand privilège que je n’oublierai jamais. J’ai permis de retrouver les couleurs d’origine et découvert que la Joconde avait des sourcils, malheureusement aujourd’hui disparus. Mes connaissances « multi-spectrale » de l’œuvre picturale de Léonard de Vinci permettent de faire des analyses extrêmement fines de ses tableaux, de connaître les pigments qu’il utilise, sa méthode de travail, sa technique picturale. Par exemple où et pourquoi il utilise des glacis, une méthode très particulière de peindre.

C’est ce qui m’a permis de comprendre qu’à l’origine la première composition de La Dame à l’hermine, n’avait pas d’hermine, puis Léonard ajoute une véritable petite hermine, pour finalement la transformer en un animal héraldique avec une patte de lion. Ce que nous voyons aujourd’hui.

Enfin, puisque ce tableau n’a pas de signature, j’ai démontré qu’il a bien été peint par Léonard de Vinci après plus de 90 années de doutes.

Expert-Actualités : Pourquoi n’avez vous rien écrit sur La Joconde?

Pascal COTTE : La Joconde est une œuvre tardive, très complexe. Son histoire tourmentée réclame une analyse encore plus spécifique. Et puis surtout c’est une œuvre mythique, mondialement célèbre. Il n’était donc pas possible de publier quoique ce soit sans une certitude absolue. Maintenant, après 10 années d’études le livre va bientôt être publié. Je ne peux pas vous en dire plus, mais attendez-vous à de très nombreuses surprises.

En savoir plus sur la Dame à l’Hermine :

La Dame à l’hermine sur  Wikipedia

Vidéos de la Dame à l'Hermine

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine