F. CADET
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2020

Poésies virales

Insuffler, dans ce temps suspendu par le confinement, des bulles poétiques contagieuses

F. CADET
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sommes-nous confinés au cœur d’une rue silencieuse ? L’oiseau chantonne derrière les murs épais de l’enfermement. Des passants humains percent le voile du rien social. Subitement la voisine ouvre son portail. A-t-elle oublié le virus cette nuit ? La nuit l’a-t-elle décidé courageusement à braver sa peur ?
*
L’horloge du temps, son cliquetis permanent. Le ronron sourd du frigo. Les objets aussi semblent nonchalamment en pause, suspendus aux mains humaines qui les ranimeront.
*
Nos mains sont nos ennemis intégrés. Qu’avons-nous donc touché pendant nos dernières courses parmi d’autres âmes effrayées ? Ramenons-nous sans le savoir des particules invisibles contaminantes ? Pianoter sur le clavier du distributeur bancaire rapidement, furtivement comme si le virus pouvait être esquivé.
*
Les instants successifs secoués par l’enfance. Le calme du travail, de l’écriture, de la patience, « il va falloir être patient », de l’accueil du virus comme une brèche possible, une ouverture néanmoins. Tandis que des morts s’accumulent en Italie. Là-bas, l’image sans mot des cercueils alignés, en attente. La mort attend sa cérémonie. Même la mort foudroyante est mise en attente - sidération. Jusqu’à ce que l’enfance pulse à nouveau dans ses élans d’innocence un cri ou une crise de pleurs. Le virus s’arrête. L’enfant doit être consolé, c’est tout.
*
Des brèches de vie. Un WhatsApp’éro entrouvre nos boites à confinement. Un balcon. Deux salons. Un jardin. De l’humour. Les enchainements de soirées habituelles, avant le virus, n’allaient pas de soi. Être des solitudes rassemblées quand bon nous semble est un luxe que jusqu’ici nous ignorions. Jamais, presque jamais, s’embrasser, se toucher, se rapprocher ne fut suspect et balayé par l’injonction d’une distanciation sociale. Mise en pratique : croiser un joggeur connu sans oser s’arrêter, se jeter à la volée « une sortie qui fait du bien, hein ! ».
*
Nos soignants applaudis à l’orée de la nuit avant que l’obscurité n’alourdisse définitivement, pour aujourd’hui, notre isolement. Applaudissons leur dévouement. Applaudissons-le ponctuellement, le temps du virus, applaudissons-le encore longtemps. Continuons à l’applaudir et le chérir pour ne pas l’oublier.
*
La santé se compte en nombre de morts, non en nombre de lits. La santé se vit en isolement des uns pour tous les autres, en angoisse que la vie s’éteigne chez nos proches. En temps de crise, autour du noyau dur de la mort, l’essentiel fleurit à nouveau : accueillir le malade que nous serons tous demain.
*
Nous sommes malades de la gestion, une maladie chronique insidieusement instillée dans nos pores, nous faisons avec, nous ne cherchons plus l’essentiel. Faisons de ce temps des morts un réveil vers l’essentiel : une vie n’équivaut pas au chiffre 1 car en chacun de nous résonne l’infini, le pluriel, la densité et l’épaisseur de mots aimés, de gestes destinés, de rencontres nouées, d’émotions éprouvées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier