FabFaber
Citoyen en plein développement de sa citoyenneté...
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2020

Le portrait lacéré du capitalisme néolibéral

"Le Portrait de Dorian Gray" comme allégorie de la civilisation capitaliste néolibérale?

FabFaber
Citoyen en plein développement de sa citoyenneté...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Si c’était moi qui toujours devais rester jeune, et si cette peinture pouvait vieillir !... Pour cela, pour cela je donnerais tout !... Il n’est rien dans le monde que je ne donnerais... Mon âme, même ! ».
Ces mots sont ceux de Dorian Gray, le personnage du roman d'Oscar Wilde. Un jeune homme incapable de maitriser ses pulsions mortifères et dissimulant sa décadence compulsive derrière un physique éblouissant de beauté.
Les années passent et ses traits préservent une beauté adolescente qui semble éternelle. Mais dans une pièce secrète, Dorian dissimule la peinture de son portrait qui se charge, au fil des ans, des traits de sa cruauté et de son avilissement intérieur.
Devenu paranoïaque, il finira, dans un geste désespéré, par éventrer le portrait afin de se libérer du miroir infâme de son âme.
La police découvrira son corps vieux et hideux sans vie, allongé devant un portrait...d'une étincelante beauté.


"Le Portrait de Dorian Gray", allégorie de la civilisation capitaliste néolibérale?
      Une civilisation dont la nature pestilentielle intrinsèque (destruction inextinguible des écosystèmes, inflation chronique de la violence sociale, dissolution systématique des équilibres démocratiques...) se dissimule derrière le consumérisme, le marketing, le design, le packaging, l'entertainment compulsif... C'est sous ce visage avenant et séducteur que se (re)présente cette civilisation, tout en dissimulant le tableau de son portrait hideux bariolé d'exploitation et d'asservissement des masses.

Mais la pandémie est venu lacérer la toile de ce tableau -de plus en plus mal- dissimulé. Ses marques les plus infâmes et détestables resurgissent en pleine lumière sur le visage exposé de la civilisation capitaliste néolibérale : oppression des peuples, cadenassage des libertés, et sans aucun doute captation imminente des comptes bancaires et annihilation violente de toute tentative de révolte populaire...

Nous y voilà donc. La Grande Bifurcation possible, attendue et souhaitée par beaucoup depuis si longtemps. On peut lire ici et ou encore ici ou encore des tribunes orientées dans ce sens : de nouvelles directions doivent être prises, de nouveaux paradigmes doivent être adoptés, on y lit qu'"il faut...". Et en effet, oui, il faut...
Mais ces préconisations n'ont de sens que si elles assument pleinement d'annoncer la couleur : les chemins qui mènent à leur réalisation, ce sont de longues tranchées boueuses infestées de rats qui seront continuellement pilonnées d'obus par l'argyrocratie. Quiconque les empruntera sera donc systématiquement découragé, maltraité, blessé, violenté...
La répression des mouvements sociaux des derniers mois n'aura été que l'amer avant goût de ce qui attend ceux et celles qui auront l'affront de s'attaquer à l'hydre capitaliste.

Face à cet ennemi entrainé, armé, chargé d'impunité et de détermination, quel stratégie adopter? Quelle forme notre résistance doit-elle prendre?
Les entraides relocalisées rendront notre quotidien supportable dans les semaines et mois à venir. Mais la survie n'étant pas une option désirable, elles doivent aussi servir de base arrière à l'élaboration de stratégies politiques plus offensives.
       Car une chose apparait de plus en plus clairement dorénavant : la guerre évoquée par E.Macron n'est pas celle que l'on croit. Tout simplement parce que le "nous" employé n'était pas inclusif.
Ils sont en guerre, donc. Et ils la livrent au corps social.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche