Hier

     Hier, au soir de la ville, mes pas se perdirent dans un air parfumé de fleurs fragiles, agitées de bourdonnements oubliés dans leurs pétales graciles ; un air sucré du cri doux des enfants sans mot, et de souvenirs flous, à la senteur de jacinthe et de coquelicot.

     Tu étais là, dans ce soupir brisé par les rameaux fleurissant, dans les nuages bleuis par le soleil s'en allant, sur les ailes saupoudrées des abeilles s'envolant ; ton rire était celui des enfants, et tes yeux le printemps perdu de mes premiers ans.

     Tu te souviens ?

     Il n'y eut que nos pas pour s'égarer, que nos sourires pour s'effacer, que des mots blessés que nous pouvions jeter, pour un jour ne plus se dire que nous nous étions aimés.

     Et pourtant, hier, je ne pus t'oublier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.