Soljenitsyne au sommet

On ne présente évidemment plus Alexandre Soljenitsyne, Prix Nobel de littérature en 1970 et dissident du régime soviétique de son époque. L’écrivain osera critiquer Staline et sera condamné à des années de goulag. Homme brillant et cultivé, il profitera de cette difficile expérience pour écrire un livre : "Une journée d’Ivan Denissovitch" lequel, dès sa parution, fera l’effet d’une bombe.

Une journée d’Ivan Denissovitch paraît en 1962 sous le régime de Khrouchtchev. Il s’agit de la première œuvre témoignant directement du goulag.

Un roman qui nous conte la journée d’un zek* et qui par la même occasion fend l’omerta du système répressif Stalinien en donnant au lecteur la possibilité d’y voir la vie d’un camp de déportation en concentré. Survivre au froid, au manque de nourriture, aux journées de dur labeur, tel est le quotidien d’Ivan Denissovitch et de ses compagnons d’infortune.

Comme Dostoïevski, Tolstoï, Nabokov ou encore Maïakovski (liste non exhaustive), Soljenitsyne fait partie des plus grands écrivains russes de l’histoire. A lire, relire... Découvrir !

*prisonnier

Une journée d'Ivan Denissovitch © Pavillons poche nouvelle édition Une journée d'Ivan Denissovitch © Pavillons poche nouvelle édition

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.