Les Portes de la Poésie

Célèbre chanteur d'un groupe américain mythique, Les Doors, Jim le chanteur devient James Douglas lorsqu'il se "transforme" en poète. Esprit à la fois génial, torturé et inspiré, chaque poème – davantage texte que pure poésie dans leur structure – constitue une fenêtre ouverte sur le monde. Le monde selon James Douglas Morrison. Les Seigneurs (notes sur la vision). Extraits.

Du rock à la poésie il n'y a qu'une porte... © James Douglas Morrison Du rock à la poésie il n'y a qu'une porte... © James Douglas Morrison

1

A l'intérieur du rêve, boutonne le sommeil autour de ton corps comme un gant. Libre maintenant de l'espace et du temps. Libre de se dissoudre dans l'été qui coule.

 

2

Retourner les rochers dans l'ombre, exposer les étranges vers de terre dessous nécessite un immense meurtre. Les vies de nos fous désenchantés sont révélées.

 

3

Dans la matrice nous sommes des poissons de caverne aveugles.

 

4

Tout est vague et vertigineux. La peau enfle et il n'y a plus de distinction entre les parties du corps. On est gagné par le son de voix menaçantes, moqueuses, monotones. C'est la peur, c'est l'attirance de la dévoration.

 

5

Le chaman dirigeait la séance. Une panique sensuelle, évoquée délibérément grâce à la drogue, à l'incantation, à la danse, précipite le chaman dans la transe. Voix changée, mouvement convulsif. Il agit comme un fou. Cette hystérie professionnelle, choisie précisément pour son penchant psychotique était estimée autrefois. Elle assurait la médiation entre l'homme et le monde des esprits. Ce voyage mental était le coeur de la vie religieuse de la tribu.

 

 

© James Douglas Morrison (1969-1970) / version française par Christian Bourgeois (1976)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.