Parlez-moi d'amour

Raymond Carver propose, avec son recueil de nouvelles "Parlez-moi d'amour", la poursuite d'un bonheur fuyant sans cesse alors qu'il permettrait - dans l'absolu - d'accéder à une innocence enfin retrouvée...

Parlez-moi d'amour de Raymond Carver © Points Parlez-moi d'amour de Raymond Carver © Points

Raymond Carver, dans l’esprit de ceux qui apprécient les "Lettres Américaines" est considéré comme l’un des maîtres de la short story.

Homme de peu de mots, Carver est un excellent conteur de séquences courtes. Dans ses "vignettes" on y retrouve un sens aigu de l’observation. Sa pureté de style fera dire à beaucoup que Raymond Carver a transformé l’art minimaliste en grand art.

Parlez-moi d’amour, son chef-d’œuvre publié en 1981, évoque en dix-sept nouvelles une Amérique déglinguée avec des êtres humains qui n’ont qu’une seule et même obsession : la poursuite d’un bonheur qui ne cesse de fuir... Dix-sept échantillons d’une Amérique à la dérive.

Pareillement aux toiles du peintre Edward Hopper on note une sorte d’impossibilité à communiquer dans les nouvelles écrites par Carver... Et quand cela arrive un drame n'est jamais bien loin !

N’avait-il pas le souffle nécessaire à l’écriture d’un roman ?... Nous ne le saurons jamais et lui-même, décédé en 1988 à l’âge de cinquante ans, est parti en emportant cette interrogation. En héritage, il laisse quatre volumes de nouvelles et quelques poèmes.

Célébré par l’Amérique comme un ténor de l’écriture minimaliste, Raymond Carver est encore largement étudié dans les universités outre-atlantique plus de trente ans après sa disparition.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.