Fabrice Balester
Écrivain spécialisé dans le genre du roman noir.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juin 2020

Fabrice Balester
Écrivain spécialisé dans le genre du roman noir.
Abonné·e de Mediapart

Rencontre avec une élue de la République

C’est lors d’un échange anodin que j’ai fait sa connaissance. Lisette Narducci est Maire du 2e secteur de Marseille. A chaque élection remportée, elle m’a confié que se posait à elle une seule question : « Que puis-je apporter aux autres ? ». Je souhaite préciser que je ne vote pas dans sa circonscription, ce qui disqualifiera toute idée de complaisance.

Fabrice Balester
Écrivain spécialisé dans le genre du roman noir.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour moi, l'intelligence et le sens de l'intérêt général ont déserté les partis dominants. La confiscation progressive de la parole politique par les partis a stérilisé les idées neuves, a sorti le peuple du jeu politique, réduisant la démocratie à une bataille de communication. Je veux ici saluer une personnalité qui, face aux empilements administratifs qui stérilisent l'initiative a su gérer de manière admirable la crise sanitaire majeure liée au Coronavirus.

J’ai vu dans le regard de ses amis et de ses compagnons de campagne électorale un halo de sympathie, mêlée à une admiration pour ses combats. Un mandat municipal offre la formidable opportunité d’agir à celui qui le détient.

Pour Lisette Narducci c’est une évidence et elle semble n’en tirer aucune fierté particulière. Des échanges que nous avons pu avoir, j’ai senti que l’indignation avait été son moteur, sans doute depuis toujours. L’indignation de voir se creuser la fracture entre les riches et les pauvres, peut-être de manière plus significative à Marseille que partout ailleurs.

Les images renvoyées par Facebook, Instagram et l’ensemble des réseaux sociaux sont devenues la loi de la démocratie moderne. Pour Lisette Narducci, la présence sur le terrain – bien davantage que celle passée devant un écran d’ordinateur – est plus importante que tout. Parce qu’elle installe un engagement plus profond, plus solennel, en un mot plus authentique avec les citoyens.

Dans un contexte d’élections municipales, où les casaques politiques obligent les gens comme des camisoles de force, j’affiche mon peu de goût pour les clans, les clubs et autres cénacles politiques. Chez Lisette Narducci, j’ai trouvé au contraire, une femme libre, disponible et pleine de générosité. Une personne qui sait comment on vit, comment on souffre aussi… Pas étonnant qu’elle ait clamé un jour : « mon parti politique, c’est Marseille ».

En tant qu’auteur, j’ai pu échanger avec une élue ouverte au milieu du spectacle, du théâtre, de la littérature, plus largement de la culture. J’ai osé lui confier que je me voyais jouer, dans le futur, un rôle dans un événement lié au livre. En souriant, Lisette Narducci m’a alors avoué qu’après avoir lu un ouvrage, juste le temps d’un court repos, elle se sentait toujours comme après un voyage : à la fois différente et enrichie.

Lisette Narducci et Fabrice Balester © DG

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’ex-patron de Pierre et Vacances partira les poches pleines
Après avoir cédé le groupe de loisirs qu’il a fondé à un trio d’investisseurs, Gérard Brémond se voit proposer en guise de cadeau de départ par les nouveaux actionnaires un plan d’actions gratuites qui pourrait lui procurer des millions d’euros. Le tout en payant un minimum d’impôts.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85