Oublier Palerme

Edmonde Charles-Roux est une femme de lettres et journaliste française. Elle reçoit le prix Goncourt en 1966 pour le roman "Oublier Palerme". Elle est, de 1983 à 2016, membre de l'académie Goncourt qu’elle préside à la fin de sa vie. Elle s'éteint en janvier 2016 après avoir notablement marqué l'histoire de la littérature contemporaine.

Prix Goncourt avec "Oublier Palerme", Edmonde Charles-Roux a contribué, d'une certaine manière, au retour de la culture dans le sud de la France à une époque où elle restait malheureusement un peu trop cantonnée aux salons parisiens.

Epouse du Maire de Marseille Gaston Defferre pendant treize ans, elle créera au début des années quatre-vingt-dix, un salon du livre avec l'appui non négligeable du Président de l'Académie Goncourt de l'époque Hervé Bazin. Il s'agissait du salon du livre de Fuveau, rapidement baptisé "écrivains en Provence". Presque trente ans plus tard, ce lieu – que j'ai eu l'honneur de fréquenter a plusieurs reprises – est l'un des plus importants salons de France. Présidente d'honneur de cette manifestation, j'avais eu l'occasion de la saluer en 2011, cinq ans avant sa disparition.

Dans un de ses derniers ouvrages, une biographie sur son mari Gaston qu'elle aimait et admirait, on se prend à lire avec délice sa non langue de bois sur les personnalités de la ville dont Defferre fut le maire durant trente-trois ans. Dans ce livre, elle reproche aux obligés du ministre de l'Intérieur et Maire de la cité phocéenne de ne pas avoir adoubé l'héritier désigné, San Marco.

De Bernard Tapie, Président victorieux du grand Olympique de Marseille, dont elle a organisé la rencontre avec son époux, elle déclare : Ah, Bernard, «le wonderboy, le voltigeur, le magicien», il avait «vampé Gaston»...mais il filait droit quand le vieux parrain lui faisait la leçon. Une personnalité forte que celle d'Edmonde Charles-Roux, mais au-delà, une immense femme et une admirable écrivaine.

"Oublier Palerme" est à lire, à relire, à découvrir...

Le pitch du bouquin (comme on dit aujourd'hui) : Babs est une jeune femme comme il en existe beaucoup, à New York, dans la presse féminine. Rédactrice à Fair, un magazine de grand prestige, Babs ne semble se soucier que de sa réussite professionnelle. Etre efficace est sa préoccupation constante, aussi navigue-t-elle avec succès dans un petit monde journalistique où l'arrivisme est l'unique loi.
Société redoutable aux yeux de Gianna Meri, une amie de Babs, elle aussi rédactrice à Fair, une jeune Palermitaine qui a quitté sa ville et son île écrasées sous les bombardements et les horreurs de la guerre de 1944. Gianna, comme beaucoup de Siciliens et de Siciliennes, est venue à New York refaire sa vie. Mais la société new-yorkaise l'épouvante et elle ne réussit pas à se couper de son passé. Sa rencontre avec Carmine Bonnavia, lui aussi Sicilien et fils d'émigré, donne au séjour américain de Gianna une dimension nouvelle, bien que Carmine comme Babs n'ait d'autre désir en tête que celui de réussir une carrière politique...

Une fresque puissante, colorée et remarquable qui vaut vraiment le détour.

Edmonde Charles-Roux © Eric Feferberg. AFP Edmonde Charles-Roux © Eric Feferberg. AFP

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.