Better Call Saul, série culte

Spin-off. Better Call Saul affirme sa volonté, scénaristique et esthétique, d’être bien plus qu’un produit dérivé de la « grande série » Breaking Bad. On ne pouvait guère espérer mieux d’un spin-off, qui devait trouver son ton sans trahir celui de sa matrice, revenir sur un personnage plébiscité par les fans qu’il n’était pas si simple de faire renaître... Mission pleinement accomplie.

Better Call Saul avec Bob Odenkirk © Netflix Better Call Saul avec Bob Odenkirk © Netflix

« Better Call Saul est meilleure que Breaking Bad »: voilà une phrase que se murmurent discrètement les sériephiles depuis quelques années, craignant d'être accusés de blasphème et s'excusant presque d'insulter une série aussi idolâtrée que Breaking Bad.

Vince Gilligan, showrunner et scénariste des deux séries, raconte quant à lui qu'il croise tous les jours des fans qui lui disent préférer Saul et il s'en réjouit. Même les plus fervents partisans de Breaking Bad sont désormais forcés de reconnaître l'immense qualité de ce spin-off.

Incarné par Bob Odenkirk, Saul Goodman était dans Breaking Bad un avocat corrompu, lâche et peu fiable, principalement là pour offrir une touche humoristique à une série souvent sombre et violente. L’acteur excelle, tour à tour infect, drôle, pitoyable, tendre, grotesque, mielleux ou bien encore touchant.

La série Better Call Saul aurait pu être une catastrophe, une erreur après l’immense succès de Breaking Bad mais elle est devenue, elle aussi, une série culte. Bravo.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.