Un dictionnaire façon Dupond-Moretti

En publiant "Le Dictionnaire de ma vie", le ténor du barreau, Eric Dupond-Moretti expose ses choix et ses doctrines de vie. Aux éditions Kero et en collaboration avec la journaliste Laurence Monsénégro.

L'avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti © D.Fouray L'avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti © D.Fouray

Une voix puissante de ténor du barreau. Sans aucun doute le plus populaire avocat pénaliste du moment. Retour sur son « dictionnaire de ma vie » où l’on en apprend beaucoup sur cet homme adoré par certains, détesté par d’autres, « Acquittator », surnom de l'homme aux cent-quarante acquittements, propose un ouvrage qui permet de mettre un peu de lumière sur sa sombre robe d'avocat.

Charismatique, connu pour son éloquence dans tous les tribunaux de France, l'ouvrage permet d'en connaître bien davantage sur l'homme Dupond-Moretti, élevé par une mère femme de ménage qu'il place au rang de culte (son père meurt d'un cancer à 26 ans alors qu'Eric n'a que 4 ans), petit-fils d'un immigré italien probablement assassiné, traumatisé par l'affaire Ranucci - premier condamné à mort guillotiné sous le régime Giscardien -  autant de choses vécues qui lui donnent l'envie de devenir avocat. 

Au delà de quelques passages forcément liés à sa profession, on y découvre qu'Eric Dupond-Moretti est à la ville un amateur de vin, de corrida, de chasse au faucon, de chanson française et italienne et de whisky.

Il dénonce aussi une présomption d'innocence aujourd'hui bafouée, et pour lui les réseaux sociaux sont, je le cite : "le déversoir, la poubelle de nombre d'anonymes".

La lettre C pour cuisine est un pur régal avec sa recette personnelle des spaghettis, sûrement le moment de lecture le plus truculent de l'ouvrage !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.