"Georgina Dufoix sort de ce corps..."

Entre débâcle et déni de la réalité

Je suis devant l'écran TV, écoutant Dr V, annonçant une catastrophe, là, maintenant, en fait déjà là, notamment en IDF et dans les Hauts de France, mais qui ne restera pas assignée à résidence ou enfermée dans des CRA aux murs toujours plus hauts et avilissants. 

La Macronie nous incite à rester amorphes, à faire confiance à ce gouvernement empli de tocards, insensibles, incompétents, politicards recyclés et nous abrutissant sans vergogne, jetant le pays dans un système de surveillance policier : restrictions des libertés individuelles et publiques qui pas à pas, pernicieusement, nous mène vers un autoritarisme bonapartiste.

Masquant le manque de tout par une avalanche de chiffres, une flopée de courbes dont la mise à jour est improbable et la véracité impossible à vérifier en temps réel. Bref, du rien, du flou, du n'importe quoi. Cette technique de communication a comme intérêt central: déshumaniser.

C'est-à-dire d'oblitérer l'humain, de nous enfermer dans une individualité qui rime de plus en plus avec individualisme et darwinisme social.

Nous comptabilisant comme des "stuck". Ne montrant aucune empathie face aux souffrances, face à la mort des proches, et en dédaignant tout doute sur leur action, tout remise en cause de leur responsabilité. Aucune excuse. 

Pourtant, notre instinct est en éveil. On la connait cette bande là. On les a vu à l'oeuvre sans clémence et avec une sacrée dose de méchanceté, voire de sadisme: éborgnant, écrasant, mutilant et remplissant les prisons de dépossédés qui avaient eu l'outrecuidance de croire à la devise républicaine: LIBERTE EGALITE FRATERNITE.

Cet instinct, donc, qui vient des tripes, ce sens profond de vivre qui nous ébranle à chaque pulsation et nous enjoint de tendre l'oreille, d'ouvrir les yeux devant ce sacrifice humain mis en oeuvre depuis plus d'un an et qui se gourmandise de nos vies, de nos désirs, de nos joies, de notre enrichissement intellectuel, de notre raison d'espérer.

La Macronie est un ogre insatiable en réalité. 

Plus gravement, il s'agit de notre propre existence. Irremplaçable. Singulière. Collective. De la mise en jeu de nôtre existence, un point c'est tout!

Tout a été dit par Dr V. Le sacrifice humain continue. Là, ici, maintenant, sans relâche, pour les jours et semaines à venir, le rituel ne va pas cesser.

Combien d'entre nous tomberont, encore et encore, par vagues, dans une longue séquence mortifère, sans fin, pantins déshumanisés, remplaçables?

Demandez le programme de M. le maudit pour 2022: Du sang et des larmes!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.