Construire un ensemble pour un vivre-ensemble, tous ensemble.

Constat de cœur, constat citoyen, constat préoccupant. Notre pays, La France vole à une altitude inquiétante, où les zones de turbulences sont légions en ce début d'automne. Les discussions autour de la visibilité reviennent, la peur s'installe de nouveau et il est grand temps que chaque citoyen revienne à la responsabilité qui est la sienne : faire de son monde un monde meilleur. Si les polémiques rythment l'actualité des chaines d'information en continue, assoiffées par l'audimat qui fait "tourner la boutique" comme dirait l'autre, les citoyens qui œuvrent au niveau local pour ce fameux monde meilleur ne sont pas suffisamment mis en lumière. A l'heure de l'individualisme sociétal, de nombreuses femmes et de nombreux hommes, citoyens ou résidant en France, aspirent à une société qui s'unit derrière le triptyque républicain et non  pas à s'attarder sur nos divergences, qui sont propres à un pays pluriel comme le nôtre. 

L'essentiel.Y revenir.Pourquoi? Les réponses sont multiples, mais à chaque réponse son temps. Il est temps de revenir à l'essentiel comme rempart contre les fractures qui frappent  de plein fouet Marianne.Comment y revenir ? Les moyens sont légions, mais tous ces moyens existent depuis Démosthène et Plutarque. L'éducation, l'éthique et l'engagement comme efforts quotidiens pour faire (re)découvrir aux générations montantes l'amour de la patrie, l'Histoire (intégrale) de la France et les exigences d'une société où la diversité est une force : diversité philosophique, diversité culturelle ou encore religieuse.Mettre au centre l'esprit critique sur les événements comme bouclier protecteur de tout repli identitaire ou extrémisme, ancrer l'éthique comme règle et non comme exception et enfin accompagner les citoyens vers l'engagement associatif, citoyen et politique.

Un célèbre adage nous apprend que "l'espoir fait vivre" : l'Homme fait vivre cet espoir. Cet espoir que l'on puise chez ces bénévoles, qui accompagnent nos enfants lors de sorties scolaires, d'événements sportifs ou encore qui agissent pour sauver des vies, dans l'anonymat des caméras mais dans la lumière des sourires de ces gens, pour qui le célèbre adage n'est qu'une théorie. L'espoir également de voir ces urgentistes qui s'accrochent à la passion d'un métier, malgré une charge de travail qui dépasse l'entendement humain. L'espoir également, en voyant ces femmes et ces hommes, qui n'ont de lambda que le qualificatif télévisé, se transformer en assistant social, ONG ou psychologue, pour aider les plus fragiles sans rien attendre en retour. L'espoir enfin, en voyant la force des enfants de Marianne, capables de se remettre en question par des débats pacifistes, plein de réflexion et d'idées ingénieuses pour un objectif commun : faire de notre monde un monde meilleur.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.