Fatima Ouassak
Politologue, Fondatrice du Réseau Classe/Genre/Race
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2020

Fatima Ouassak
Politologue, Fondatrice du Réseau Classe/Genre/Race
Abonné·e de Mediapart

Cette enfant n'est pas une enfant, c'est une migrante

Mawda Shawri pose sa petite main sur sa bouche, les yeux farceurs. Elle sourit. On dirait qu'elle vient de prendre une friandise, en cachette. Mawda s'amuse, elle a deux ans.

Fatima Ouassak
Politologue, Fondatrice du Réseau Classe/Genre/Race
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 16 mai 2018, Mawda est en voiture avec sa mère, son père et son frère, en route pour un endroit où la petite famille connaitra la paix, enfin. Bien d'autres personnes sont entassées dans la camionnette, les conditions du voyage sont loin d'être idéales mais ce n'est pas grave, ce n'est rien comparé à ce qu'on quitte, un pays en guerre, une vie dans la terreur. Mawda a deux ans, et elle est en route pour un avenir meilleur.

Mawda Shawri

Dans la nuit du 16 au 17 mai, dans la camionnette qui roule maintenant sur une autoroute belge près de Mons, Mawda est blottie dans l'odeur et les bras apaisants de sa mère. Mais à 2h02, un policier tire une balle dans la direction de la fillette. Ce policier a tiré depuis l'une des voitures de police qui traquaient la camionnette, dans le cadre d'une opération de chasse aux illégaux. La balle entre près de la narine droite de la fillette, en pleine tête. Le policier a tiré dans le tas. Mawda était dans le tas, un tas d'illégaux. Elle a deux ans. Mais cette enfant n'est pas une enfant, c'est une migrante.

La camionnette s'arrête. Le père de Mawda descend avec la petite dans les bras. Il tend le bébé à un des policiers et supplie. Please ambulance ! Please ambulance ! Un policier récupère l'enfant, il la pose sur le bitume. D'autres policiers arrêtent le père, la mère et le frère de Mawda. Le petit garçon a 4 ans. Il voit sa petite sœur par terre, inconsciente et pleine de sang, il est sous le choc. Il a quatre ans. Mais il est en état d'arrestation. Car cet enfant n'est pas un enfant, c'est un migrant.

Les policiers refusent que les parents accompagnent leur fille dans l'ambulance. On conduit les parents menottés et le petit en prison. Mawda agonise pendant 30 minutes. Elle meurt dans l'ambulance, seule. Le 17 mai 2018.

Immédiatement, les autorités belges cherchent quelque chose à raconter pour expliquer la mort de l'enfant, c'est pour le rapport. Le jour n'est pas encore levé qu'elles trouvent une explication : ce sont les parents de Mawda qui ont utilisé la tête de la petite comme bélier pour briser la vitre de la camionnette, probablement pour jeter le corps de l'enfant dans les roues de la voiture de police et tenter ainsi de la ralentir, et c'est le traumatisme crânien qui a causé la mort. C'est crédible ce sont des Kurdes. Allez savoir de quoi sont capables ces gens-là. Les Kurdes c'est comme des Arabes mélangés à de l'Afghan. Tout ça c'est pareil. Ces gens n'aiment pas leurs enfants, ils font des enfants pour se servir d'eux, pour toucher les allocations familiales, ou pour encombrer de leur petit corps les roues d'une voiture.

Personne n'a tiré de coup de feu, l'enfant est morte d'avoir été utilisée comme bélier : c'est la version officielle dans le premier rapport d'expertise.

Le policier rentre chez lui au petit matin. Tranquillement. A 7h à peine, on informe le tueur qu'aucune poursuite ne sera engagée contre lui.

La mère de Mawda reste en prison sans possibilité de changer de vêtements. On n'a pas pris la peine de l'informer qu'il n'y a plus d'espoir, que c'est fini, que sa fille est morte. Le sang de son enfant sèche sur elle. Sa fille n'est plus dans ses bras. Ne reste que l'odeur de sang.

Criminalisation des réfugiés, déshumanisation des parents, désenfantisation des enfants.

Les autorités belges vont chercher à se débarrasser rapidement du corps de Mawda, dans une fosse commune, sans sépulture, sans nom, sans rien. Dans le même temps, on ordonne aux parents de quitter le territoire, et vite. Ni vu, ni connu, le crime parfait.

Mais grâce à la détermination des parents, Monsieur et Madame Shawri, soutenus par des gens honnêtes, la petite a pu être enterrée dignement. Grâce à leur détermination et à la mobilisation, le policier a fini par reconnaitre qu'il a tiré sur la fillette et que c'est la cause de sa mort. Il faut ici saluer le travail de contre-enquête absolument remarquable qu'a réalisé le journaliste Michel Bouffioux.

Grâce au combat mené par la famille, par le Comité Mawda et l'avocate de la famille Selma Benkhelifa, il y a un procès autour de cette affaire, il aura lieu les 23 et 24 novembre devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal du Hainaut, division de Mons.

Ce sera le procès du meurtrier, le policier.

Ce sera aussi le procès d'une police, d'une justice et d'une classe politique racistes.

Ce sera plus largement le procès d'une Europe criminelle. Que vaut la vie de Mawda Shawri ?

Que Dieu ouvre les portes du paradis à la petite Mawda, pour toujours dans nos cœurs.

Courage à la famille pour le procès! Et soutien!

#PasDeJusticePasDePaix #JusticePourMawda

Fatima Ouassak

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste