Faysal
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2021

Mondial 2022 au Qatar : la coupe de sang

Selon une enquête du quotidien britannique The Guardian plus de 6 500 ouvriers seraient morts sur les divers chantiers de la future Coupe du Monde de football 2022 au Qatar. Un chiffre terrifiant qui fait froid dans le dos mais malheureusement, pas vraiment étonnant.

Faysal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous connaissons depuis des années les conditions inhumaines dans lesquels travaillent et sont exploités des milliers d’émigrés sud-asiatiques. Au-delà de l’attribution du mondial au Qatar, c’est l’occasion de se questionner sur le réel traitement des ouvriers asiatiques dans les pays du Golfe.

Originaires de l’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh, du Sri Lanka où des Philippines de nombreux ressortissants de ces pays entament une émigration dites « de travail » dans de nombreuses pétromonarchies du Golfe Persique qui sont en plein essor. Notamment au Qatar, ce riche émirat qui s’est vu attribué l’organisation de la Coupe du Monde 2022 qui selon les dires, après diverses manigances et corruptions qui ont fait polémique.

Cette migration touche essentiellement, des catégories de populations très pauvres qui voient l’occasion de trouver un travail, le moyen de s’assurer un emploi et de gagner sa vie plus facilement avec un salaire plus fort que dans leurs pays d’origine. De nombreux accords sont trouvés entre les pays du Golfe et les pays sud-asiatiques d’où sont issus majoritairement ces ouvriers, avec une politique clairement visée à destination de ces populations qui incite a l’émigration a renfort de publicités, voir de propagande où les pétromonarchies sont vues comme de réel eldorado ou on peut faire de l’argent facilement. 

Cependant, la réalité est tout autre, arrivé sur place les ouvriers se voient confisquer leurs passeports et leurs cartes d’identités par leurs employeurs. Même si les autorités assurent qu’il est maintenant interdit de les confisquer, cette pratique est dans les faits toujours en vigueur. C’est un moyen pour les employeurs d’assurer leurs dominations, de maitriser et menacer les ouvriers, d’empêcher les rebellions, et quand c’est le cas ils s’en débarrassent en mettant fin a leurs visas et en les renvoyant dans leurs pays.
Par ailleurs, les ouvriers sont regroupés dans des quartiers qui leurs sont dédiés spécialement, ils sont entassés dans la promiscuité les uns sur les autres dans un manque d’hygiène évident, où ils payent des loyers exorbitants pour le plus souvent un lit seulement, dans une chambre occupée par plusieurs personnes.
Sous la chaleur écrasante, les conditions de travail sur les chantiers ne sont pas non plus assurées. La sécurité n’y est pas toujours, la fatigue extrême des ouvriers qui travaillent pendant des heures et la déshydratation sont souvent les causes de la mort de nombreux hommes.

Par ailleurs, la crise sanitaire du Covid-19 n’a fait qu’accentuer le traitement et les conditions abominables de ces ouvriers en les précipitant un peu plus dans la précarité et l’extrême pauvreté. Beaucoup ont perdu leurs emplois, et donc n’ont plus de quoi payer leurs loyers, ni voir de quoi se nourrir. Devant le manque évident d’aides de la part du gouvernement et sans emplois, ils ne peuvent plus envoyer de l’agent à leurs familles pour subvenir à leurs besoins, cette pression constante et ce désabusement est la cause de certains suicides.

Amnesty international et de nombreuses ONG dénoncent souvent les traitements et les conditions de travail et de vie absolument inhumaines de ces ouvriers. Du côté de la FIFA qui à son habitude ferme les yeux et se caractérise dans un silence assourdissant est forcée de s’expliquer devant la gravité des faits, en rappelant ignominieusement que « La fréquence des accidents sur les chantiers de la Coupe du monde de la FIFA a été faible par rapport à d'autres grands projets de construction dans le monde. » Notons par ailleurs, que ce chiffre de 6 500 morts est sûrement biaisé, devant le refus du Qatar de fournir les chiffres exacts.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public