Votez pour une presse libre !

 Se retrouver dans une campagne électorale où 34 sociétés de journalistes publient un communiqué signifiant que le parti soutenant un candidat sélectionne les médias autorisés à suivre le postulant est surprenant. D’autant plus que ce ne sont pas des groupes de presse mineurs. On y retrouve les bannis Mediapart et Quotidien, l’AFP, Radio France, RFI, France 24, Le Monde, Libération, Marianne et on retrouve dans les soutiens : les SDJ de l’AFP, Alternatives Economiques, BFM-TV, Capa, Les Echos, Elle, Europe 1, L’Express, Le Figaro, France 2, Rédaction nationale de France 3, France 24, France Bleu, France Culture, France Info, France Inter, L’Humanité, Libération, Journal du Dimanche, M6, Marianne, Mediapart, Le Monde, L’Obs, Le Point, Premières Lignes, Quotidien, RFI, RMC, RTL, Télérama, LaTéléLibre, TF1, La Vie …

 

presse-francaise-qui-possede-quoi-le-monde-diplo-explique-tout-en-une-infographie-m354408

 Maintenant la presse est-elle vraiment libre ? Parfois on en doute. Le tableau ci-dessus publié par Le Monde Diplo (c’est à son honneur) laisse apparaître les vrais propriétaires des groupes de presse en France. Est-ce pour cela que les journalistes sont sous influence ? Pas forcément car souvent ils manifestent leur indépendance. Pourtant on a vu en 2016 Vincent Bolloré prendre en main le groupe Canal + avec force et de ce fait « assainir » l’information de Cnews ou de C8. De même, le gouvernement dirige France Télévision, Radio France, France médias Monde… Même s’il respecte souvent l’indépendance des journalistes. Pour exister la presse a besoin de fric et donc des hommes puissants s’y intéressent, au risque de perdre de l’argent mais ils y acquièrent un outil d’influence, voire de pouvoir.

 Alors le Ficanas qui s’offre pour trois francs six sous une tribune sur le web a cherché un lieu d’expression de presse papier véritablement libre dans sa région d’origine, la Côte d’Azur. Et le Ficanas a trouvé « RESSOURCES » et se contente d’ailleurs d’y publier à chaque numéro un billet d’humour, histoire de dérider les lecteurs.

 Mais RESSOURCES c’est beaucoup plus que les cagades ficanassiennes. Sous-titré « la revue azuréenne du développement durable », le magazine remplit pleinement son rôle  et s’enrichit à chaque numéro par des interviews exclusifs, des rencontres étonnantes, de véritables investigations, des solutions face à nos problèmes environnementaux et même quotidiens. Stéphane Robinson a réuni une équipe de journalistes, de photographes qui sont des vrais professionnels. Si on rajoute à cela le prix du papier, de l’impression (car il est beau le magazine), de la distribution, ça coûte des sous et même beaucoup. Il y a des annonceurs, heureusement, mais c’est souvent insuffisant ; en plus il faut que leurs produits où leurs actions correspondent au développement durable…

une-ressources

 Pour septembre le magazine devient une revue : le double de pagination pour ce numéro sept et un prix de vente plus élevé à 14,80 €. Mais à cette date la France aura changé, ses projets également car les citoyens auront voté. Il faudra bien parler de développement durable, de notre région en toute INDEPENDANCE ! Vous en voulez ? Vous voulez une presse libre ? Alors achetez-là dès aujourd’hui.

 Nous allons être 700 à l’acheter par avance dont vous sûrement (enfin Ressources l’espère). Voici le petit bon de préachat pour recevoir votre revue indépendante à la rentrée.

 

commande-ressoiurces

 Mais vous pouvez l’acheter directement (ainsi que les six premiers numéros) en allant directement sur ce lien : https://www.ressourcesmagazine.fr/boutique/ressources-magazine-n7. Allez, fonçons vers la liberté  et la liberté a un prix dans la presse : la payer d’avance !

 Christian Gallo - © le Ficanas ®

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.