Ciotti chez Ardisson : inénarrable !

 Déjà offrez-vous le replay sur C8 : vous n’allez pas le regretter http://replay.c8.fr/video/1434454

 Parmi les invités de Salut les terriens, le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et député du coin, Eric Ciotti. Bien sûr il refuse de danser pendant le warm up, mais garde son visage angélique et bienheureux. Il explique qu’à Nice il fait « danse avec les séniors »… il est clair qu’il est venu dans le cadre de l’opération « il faut sauver le soldat Fillon ».

 

1280x720-jg9

 Il nous avoue avoir croisé Pénélope Fillon. Il a même diné dans la Sarthe… Et on a droit à la fameuse polémique… Bref, il est dans les ordres de communication en cours du LR. Mais on apprend alors que l’organisateur potentiel de l’affaire c’est Macron. Décidément Ardisson n’est pas gentil : il lui parle de ses tournants de veste : Fillon – Sarkozy – Fillon… Il ajoute la chanson de Dutronc et une phrase attribuée à François Fillon au soir de la primaire  « Pas de triomphalisme, mais si vous voulez vous faire plaisir, regardez la tête d’Eric Ciotti. C’est réjouissant de voir la mine défaite des traitres ».

 Ensuite on a eu son aspect chrétien, ses démarches contre l’association de la Roya. « Comment peut-on être aussi catholique et aussi peu proche des positions du pape François » demande Ardisson. Alors Ciotti nous explique qu’il n’est pas aussi catholique. Et puis le pape vient de l’Amérique du Sud et ne comprend rien à l’histoire de l’Europe.

 Mais le grand moment fut l’arrivée de Stéphane Guillon, avec des lunettes et une perruque blanche et un accent britannique (ou gallois). Elle est Pénélope Guillon et elle vient car il y a des rumeurs d’emploi fictif concernant son mari. Et là le plus drôle fut que, tandis que toute l’assistance s’esbaudissait, Eric Ciotti faisait une tête coincée, sans un sourire ; ce fut probablement le moment le plus cocasse de la soirée.

 Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.