Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1398 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2017

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

La droite perdue des Alpes-Maritimes.

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un département qui fut après la guerre plutôt antigaulliste à l’image du maire de Nice de l’époque, Jean Médecin. Mais dans les années soixante l’électorat, avec l’arrivée des pieds noirs va s’installer à droite, mis à part quelques bastions communistes ou socialistes comme Cap d’Ail ou Beausoleil, ainsi que la vallée du Paillon. Ne refaisons pas toute l’histoire, ce serait très long, mais on ne peut que constater au fil des élections que le département est très majoritairement à droite.


Il va devenir le plus grand département sarkozyste de France. En 2012 Nicolas Sarkozy récolte 65% des voix face à une moyenne nationale de 49%. Il en avait obtenu 68% en 2007. A la tête de ce département de droite deux hommes. Christian Estrosi, président du conseil général, puis ministre et secrétaire d’Etat, maire de Nice et président de la métropole, se forge un électorat important en particulier en pratiquant le clientélisme. Pourtant il n’obtient jamais la majorité lors des scrutins municipaux, quadrangulaire en 2014, triangulaire en 2008. Il va donc faire carrière en temps qu’ami de Nicolas Sarkozy.


Eric Ciotti, le meilleur ami d’Estrosi, ne peut pas bénéficier d’un clientélisme aussi important. En effet le Conseil départemental ne peut pas recruter autant que la mairie ou la métropole. Il va donc foncer dans ses propos très à droite, vers la droite populiste en marge du Front national. Une ambition très claire de devenir ministre de l’intérieur ou grand flic de France, mais un tremplin très limité pour cela. Il va donc soutenir Nicolas Sarkozy, puis diriger la campagne de François Fillon pour les régionales, puis le trahir pour aller chez Sarkozy pour les primaires de la droite, puis retourner chez Fillon quand il gagne les primaires, malgré la phrase de ce dernier : « Regardez la tête d’Eric Ciotti. C’est réjouissant de voir la mine défaite des traitres ».


Du coup la droite des Alpes-Maritimes est paumée. Certains écoutent Ciotti qui défend Fillon sur tous les plateaux de télévision, et d’autres écoutent Estrosi qui lui a envoyé des scuds en janvier lors de son premier meeting à Nice et qui continue en annonçant qu’il faut tout décaper. L’électorat de droite est depuis troublé.


Alors le Ficanas a décidé de téléphoner à des électeurs de droite. Ils sont clairement déstabilisés avec l’affaire Pénélope. Certains abondent dans le sens du message officiel de Les républicains « C’est une magouille de la presse », « Il y a un cabinet noir, c’est sûr ! », « C’est le gouvernement qui a monté tout ça ». Mais chez les membres du parti on sent une grande déception, surtout morale. Certains renoncent en se disant qu’après tout on ne peut pas faire autrement que de continuer ; d’autres envisagent de s’abstenir probablement. L’affaire AXA qui donne l’impression que le candidat à la présidentielle a fait du lobbying, et de ce fait veut privatiser une partie de la Sécurité sociale pour en faire bénéficier l’assureur, laisse un goût amer dans la bouche des militants.


Les centristes, à l’UDI, sont tout aussi déboussolés. Leur leader local, Rudy Salles, trop proche de Christian Estrosi, est désavoué par les militants du parti : on parle souvent de Macron. Au MoDem on attend une décision de Bayrou.


Mais chez les électeurs traditionnels de la droite républicaine on entend beaucoup de bien du Front national. Ce n’est ni Olivier Bettati, ni l’ex identitaire Philippe Vardon qui les attire, encore moins le programme irréalisable que propose Marine Le Pen, mais simplement le fait qu’il faut rester à droite, alors pourquoi pas… Les plus âgés du centre Nice bourgeois en sont convaincus. «  Avec tous ces migrants. », «  Ca devient dangereux de sortir en ville. », « Faut de l’ordre et vite, il n’y a que Marine pour ça » : remarques de membres de Les républicains !
Que va devenir ce département tellement à droite ? L’électorat est déboussolé, perdu, effondré, presque anesthésié. Les deux leaders locaux vont avoir du mal et semblent largués de ces présidentielles. Le seront-ils aussi des législatives ?


Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Interview d'E., 35 ans, éboueuse-rippeuse
E. travaille depuis trois ans dans une entreprise privée de la collecte de déchets. Dans cet entretien, elle nous présente son parcours, évoquant la solidarité aussi bien que les difficultés rencontrées à son poste : le manque de formation, la pression managériale, la surcharge de travail, les discriminations de genre, le gaspillage...
par Jeanne Guien
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par StopFastFashion