L’amusant mea culpa de la Le Pen.

 Marine Le Pen candidate dans la circonscription d’Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais. C’est là son grand sujet de retour sur Tf1 qui fait taire les médisants disant qu’elle était déjà en vacances aux Antilles, comme à son habitude. « Oui, je serai candidate dans la circonscription d’Hénin-Beaumont. Je n’imaginais pas ne pas être à la tête de mes troupes dans une bataille que je considère comme fondamentale » a-t-elle annoncé. C’est peut-être le seul moyen qu’elle a trouvé pour ne pas disparaître après le piteux second tour des présidentielles. A propos de son débat télévisuel elle dit : « J’ai eu peut-être trop de passion et trop de fougue ». Mais non Madame, vous n’avez seulement aucune connaissance des dossiers que votre adversaire maîtrisait.

20170518-mlp-france2-m

 Subitement elle a des éclaircissements sur son échec en particulier avec son retour au franc : elle explique avoir eu « bien conscience que le sujet de l’euro a inquiété considérablement les Français »« Nous allons en tenir compte ». Il serait temps, après les présidentielles : un peu tard non ?

 Tout cela ne fait pas plaisir à ses proches : Florian Philippot vient de déclarer à Jean-Jacques Bourdin qu’il quittera le Fn si le parti recule sur la sortie de l’euro. Il ne faut pas oublier qu’il est candidat aux législatives en Moselle. Mais il nous rassure : « Je ne me contredis pas à une semaine d'intervalle, ce n'est pas mon genre, (mais) ce n'est pas, contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là, du chantage. C'est simplement de l'exposition de convictions ». Rassurant, on a eu peur qu’il coule la poule aux œufs d’or ! Et il y a aussi le député sortant, Gilbert Collard qui a annoncé « Pour nous, la question de l’euro, c’est terminé » au Parisien. Donc pas de congrès sur le sujet comme le souhaite Marine Le Pen.

 Mais il y a le soutien de papa. En effet, Jean-Marie Le Pen, président du fameux Comité Jeanne, Carl Lang, président du Parti de la France et Alain Escada, président de Civitas (l’extrême-droite catholique) avaient un candidat dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais. Et bien, pfutt, il a disparu en retirant sa candidature. Bon sang ne saurait mentir et visiblement Marine Le Pen n’a pas provoqué un acte parricide. Ce ne sont que des apparences. Le lien politico financier reste bien présent dans la mouvance extrémiste.

 Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.