Le barbagiuan va-t-il détrôner la promenade des Anglais ?

Le barbagiuan est une spécialité culinaire que l’on consomme à Monaco et dans d’autres lieux sur la Côte et dans le haut-pays. Véritablement déraisonnable vis-à-vis des barbagiuans, j’achète les miens à la boulangerie de la rue Verdi à Nice ; j’en ai trouvé de plus rustiques, mais au goût inimitable, dans une boulangerie de Tende. Ce sont en fait des rissoles dont la farce, qui varie d’une famille à l’autre, comprend toujours des blettes (comme quoi il n’y a pas que les niçois qui sont des caga blea).

6127924-Barbagiuan_Monaco

Mais à Monaco, le Conseil économique et social, en collaboration avec l’Education nationale, a décidé de présenter le barbagiuan à l’inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Et là on se rend compte qu’il va y avoir une véritable concurrence avec le projet niçois d’y inscrire la promenade des Anglais ! Mais la différence vient du fait qu’il n’est pas nécessaire d’investir comme dans le projet de Jean-Jacques Aillagon, ni de planter pour 16 millions d’euros de palmiers pour y installer des charançons (voir Ficanas du 9 juin). En plus pour défendre le barbagiuan auprès du jury il suffit d’en fabriquer une boite et de l’amener ; en outre le barbagiuan c’est cacher et halal !

Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.