Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2017

L’hallali Sarkozien

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des années Mediapart publie au fur et à mesure des informations sur le financement de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Fabrice Arfi et Karl Laste écrivent « Avec les compliments du guide », un ouvrage qui rassemble toutes ces informations et en ajoute de nouvelles. Six années de travail pour amener les documents et les témoignages qui proposent un tableau écœurant des dessous de la politique française.

Quand tout ce financement se met en place, Nicolas Sarkozy est le ministre de l’intérieur de Jacques Chirac, mais les suites se dérouleront quand il sera président. Une sale affaire de fric qui va entacher tout son mandat et dont le symbole est l’installation de la tente de Kadhafi dans les jardins de l’hôtel de Marigny.

Kadhafi annoncera à la télévision : « C’est moi qui ai aidé Sarkozy à prendre le pouvoir. Je lui ai donné de l’argent avant qu’il ne devienne président. » Il confirmera ses dires au Figaro et son fils déclarera « Tout d’abord, il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa compagne électorale. »

L’enquête des deux journalistes de Mediapart va conforter ces dires. Choukri Ghanem, le premier ministre libyen, que l’on retrouvera noyé à Vienne, confirmera que le directeur de cabinet de Khadafi et son nouveau premier ministre ont bien versé plusieurs millions d’euros à Sarkozy. Le beau-frère de Kadhafi lui a également envoyé 2 millions. Tout cela va arrondir les fins de mois des intermédiaires, en particulier Ziad Takieddine, et surtout de Boris Boillon, conseiller de Sarkozy que l’on pincera avec une valise à la gare du Nord. Qui encaisse ? Clairement Claude Guéant qui n’arrive plus à justifier les fonds qui viennent du Panama. Selon les auteurs Dominique de Villepin aurait même participé à la manne libyenne.

Mediapart publie même une note de décembre 2006, en tête du gouvernement libyen, qui donne un accord pour verser 50 millions d’euros à la campagne de Nicolas Sarkozy. Tout est analysé, disséqué, et s’il y aura forcément des soutiens de l’ancien président qui contesteront les propos de l’ouvrage, le livre est accablant. Il l’est d’autant plus que quelques mois avant son élection Nicolas Sarkozy affirmait « Je ne veux être complice d’aucune dictature dans le monde ».

Les auteurs du livre ont envoyé soixante questions à l’ancien président ; il n’a pas répondu. Alors, lorsque François Fillon raconte qu’il a assisté à une discussion entre Poutine et Sarkozy au sujet de la mort de Khadafi, on apprend que l’ancien président avait déclaré « Même si ce n’est pas nous qui avons appuyé sur la gâchette, l’honnêteté m’oblige à dire que ses arguments n’étaient pas tous fallacieux. »

Le 29 avril 2007, Sarkozy conclut sa campagne avec un immense meeting à Bercy réunissant 20.000 personnes. C’est grandiose. Ils sont tous là, les politiques, bien sûr, mais également Philippe de Gaulle, Charlotte Rampling, Christian Clavier, Jean Reno, Véronique Genest, Johnny Hallyday, Enrico Macias, Gilbert Montagné, Carlos, Henri Salvador, Thierry Roland, Philippe Bouvard, Arthur, Raphaëlle Ricci, les frères Bogdanoff, Dominique Farrugia, Jean-Marie Bigard, Alain Prost, David Douillet, Richard Virenque, Bernard Laporte… Savaient-ils qu’ils étaient sur scène grâce au fric d’un dictateur libyen ? Les Français, ce soir-là, savaient-ils qu’ils allaient élire un filou de la politique ? Imaginions-nous que dix années plus tard, il continuerait à s’exprimer en politique au lieu de se contenter d’être le manager d’une chanteuse aphasique ?

Christian Gallo - © le Ficanas ®

Enregistrer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik