Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

1400 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2016

Balkany out ! ?

Ficanas
Editorialiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Patrick Balkany vient d’obtenir l’investiture de son parti présidé par Nicolas Sarkozy, pour les législatives de 2017. Le maire de Levallois-Perret, mis en examen pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale, corruption passive et déclaration mensongère (il s’agit des déclarations sur son patrimoine), va donc représenter la droite aux élections.

 Mais un obstacle se dresse à l’horizon : la loi sur le cumul des mandats qui va entrer en vigueur. Par chance sa première adjointe à la mairie se prénomme Isabelle (Balkany, bien sûr) et le candidat sera obligé de pratiquer la méthode dite à la niçoise.

 En devenant le premier adjoint de son épouse qui deviendra maire, il sera dans une position conforme à la loi et pourra continuer à gérer sa ville. On retrouve la même situation à Nice actuellement, bien que le maire ne soit pas marié avec son premier adjoint…

 Il faut dire que Patrick Balkany étend la réputation de sa commune à l’étranger par des délégations :

-       La villa Pamplemousse sur l’île de Saint-Martin. Officiellement elle appartient à une série de sociétés écran basées en Suisse, au Panama et au Lichtenstein. Elle sera saisie et vendue en 2015.

-       Le riad Dar Gyucy à Marrakech : son propriétaire officiel, Jean-Pierre Aubry est obligé de séjourner à l’hôtel, puisque les Balkany habitent le riad… L’achat passe par la Namibie, Singapour, Panama et le Liban… Saisi également en 2015.

-       Bien que propriétaires aux travers de leurs enfants, du moulin de Cossy, à Giverny, les Balkany sont simplement locataires à Levallois-Perret. En effet le moulin est aussi saisi en 2015.

 Mais d’où vient Patrick Balkany ? Son père est un immigré hongrois qui sera déporté dans des camps de concentration. Sa mère, la fille de tailleurs lettons et ukrainiens. A la fin de la guerre ils commencent à travailler et créent les magasins Réty installés à côté de l’Elysée, rue du Faubourg-Saint-Honoré.

 Patrick Balkany n’ayant pas son bac, se lance dans le théâtre et le cinéma. Mais en 1970 il doit effectuer son service militaire et va le faire à l’Elysée, au cabinet de Georges Pompidou. Il devient un proche de Michel Jobert et par la même occasion membre fondateur du RPR. Après un échec à Auxerre, il s’implante à Levallois-Perret. En 1976 il épouse Isabelle Smadja qui a été directrice de la communication d’Europe1 à 21 ans. Elle va lui présenter Marie-France Garraud, la conseillère redoutable de Jacques Chirac.

 Mais Patrick Balkany va faire l’objet d’une accusation de harcèlement sexuel, en 1996 par son ex compagne et en 2001 par son ancienne suppléante à l’Assemblée nationale.  Malgré les avalanches d’affaires qui le cernent, ainsi que son épouse, il est toujours brillamment réélu dans sa commune.

 Et tout le problème est là : qui veut encore de Balkany, mis à part ses concitoyens ? Mis à part ses fausses déclarations sur son patrimoine, la gestion douteuse de sa commune, ses affaires africaines, les Panama papers, on voit le président de Les républicains, Nicolas Sarkozy, l’adouber pour être candidat aux législatives de 2017. Comment peut-on confier un mandat à un tel homme ? Le 4 mai dernier il est entré à l’Assemblée nationale au travers des cris des manifestants : « Dégage escroc ! », « Balkany en prison. » « Voleur ! » et « Arrêtez-le, il s’échappe ! ».

 Quand Nicolas Sarkozy le rencontre, se voit-il dans une glace ? Quelle crédibilité peut-on avoir un parti qui propose un tel candidat ? D’autant plus que ce sont des fonds publics qui alimentent ses filouteries ? Car si Patrick Balkany, se flatte (comme son président) de sa présomption d’innocence, il oublie de préciser qu’il a déjà été condamné en 1996 et 2003. Ce genre de situation va vraiment renforcer l’intention des Français à aller voter à des primaires et puis à des présidentielles.

 DERNIERE MINUTE : Patrick Balkany déclarerait forfait pour les élections législatives ; la pétition initiée par le lyonnais Xavier Jandot pour que Balkany ne soit pas candidat LR a réuni plus de113.500 signatures en quatre jours. Patrick Balkany propose que sa jeune conseillère municipale, Agnès Pottier-Dumas, se présente à sa place.

 Christian Gallo - © Le Ficanas ®

Enregistrer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.