Saône-et-Loire : accord PS-EELV halte à la désinformation orchestrée par le PS71

Par Nicole Eschmann, candidate EELV dans la première circonscription de Saône-et-Loire

 

A mes amis élus du PS et du PRG71

 

C’est avec une grande tristesse qu’Europe-Ecologie-les-Verts déplore les méthodes employées par les élus du Parti Socialiste et certains candidats exclus du PS, dans ces dernières semaines de campagne.

 

En novembre 2011, un accord national, concerté pendant 8 mois entre le Parti Socialiste et Europe-Ecologie-les-Verts, a réservé 60 circonscriptions à EELV, EELV s’engageant à ne pas présenter de candidats dans de nombreuses circonscriptions à risque FN. Cet accord est aussi une contre-partie symbolique au refus d’instaurer la proportionnelle à l’Assemblée nationale : notre parti réalisant entre 10 et 16% à toutes les élections proportionnelles (européennes, régionales…) n’a que 0,4% des députés à l’Assemblée Nationale, les deux grands partis de droite et de gauche raflant un nombre de sièges bien supérieur à leur représentativité.

 

En Bourgogne, une seule circonscription, celle du mâconnais-clunisois a été réservée à EELV en novembre 2011. Le lendemain, cet accord a pu été cassé par des élus socialistes du département, grâce à leur engagement de réserver à la place la circonscription du charolais-brionnais à EELV. Quelques jours après, ces mêmes élus socialistes dénonçaient publiquement l’inanité du choix du charolais-brionnais.

 

Malgré le soutien affirmé de la direction nationale du PS à Nicolas Guillemet, candidat PS-EELV, malgré l’exclusion de la dissidente Edith Gueugnau et de son suppléant du PS, malgré l’injonction de Jean-Marc Ayrault à ses ministres de ne soutenir aucune dissidence,  les infractions continuent de plus belle: soutien de terrain des grands socialistes, meeting socialiste sans le candidat PS-EELV mais avec les exclus du PS, documents de campagne d’Edith Gueugnau avec le sigle PS, ses affiches électorales mentionnant le soutien des présidents du Conseil général et du Conseil régional et de tous les élus du PS et du PRG71. Encouragés par l’exemple saône-et-loirien, les dissidences s’organisent partout : Gérard Colomb, maire de Lyon, soutient officiellement un dissident dans une circonscription réservée à Philippe Meirieu , Vice-Président EELV du Conseil Régional, qui a pourtant choisi une suppléante socialiste.

 

Cela conduit à une direction nationale bafouée chaque jour par ses barons locaux, démontrant que le discours de rénovation tant proclamé par certains, n’est qu’une imposture et un fonds de commerce électoral. Cette hégémonie destructrice ne peut que favoriser le dégoût des citoyens pour la politique,  le repli dans l’abstention et dans les votes extrêmes.

 

Plus que jamais, la réhabilitation du politique nécessite aussi celle du collectif et du respect de la parole donnée. Le renouvellement, la parité, la diversité, le non-cumul des mandats, ainsi que la juste représentation des partis sont des éléments clés pour repenser le lien des citoyens à la politique et renforcer la vitalité de la démocratie. Nous sommes aujourd’hui devant une occasion historique d’appliquer enfin cette revendication démocratique. Il ne faut pas la rater. C’est là le premier pas de ce que devrait engager une force de transformation vers une VIe République. A EELV, nous serons pour notre part, unitaires, responsables et rénovateurs pour deux.

 

«Dès qu’il y a des "représentants" permanents, l’autorité, l’activité et l’initiative politiques sont enlevées du corps des citoyens pour être remises au corps restreint des "représentants" - qui en usent de manière à consolider leur position et à créer des conditions susceptibles d’infléchir, de bien des façons, l’issue des prochaines "élections." (1)» (1) Castoriadis, «Domaines de l’homme».

 

Nicole Eschmann, Vice-présidente du Conseil Régional, Candidate EELV sur la 1ère circonscription de Saône-et-Loire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.