Florence Berger
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2017

Florence Berger
Abonné·e de Mediapart

En matière de Bilan, Fillon devrait s'abstenir!

Depuis quelques jours, François Fillon a choisi une angle d'attaque bien précise: Emmanuel Macron serait "l'homme du passif", tout en oubliant le sien.

Florence Berger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La nouvelle stratégie de François Fillon? Faire porter à Emmanuel Macron tous les dysfonctionnements du précédent quiquennat, et l'attaquer sur son "bilan". Mauvais choix sans doute, comme le montrent les sondages de plus en plus défavorables au candidat de la droite dite républicaine puisqu'il semble oublier qu'il a bien un bilan à assumer, lui aussi, et un bilan récent!

Bilan de Fillon

Pendant cinq ans, le Premier Ministre français s'appelait François Fillon. De 2007 à 2012, et après douze ans de Chiraquisme et cinq ans de droite gouvernementale avec Alain Juppé, ce n'est pas l'alternance qui est choisie puisque la droite réussit à accapparer tous les pouvoirs, aux élections présidentielles comme aux élections législatives. Avec une large majorité, la droite avait tous les pouvoirs en main et voilà son bilan...

Que François Fillon fasse campagne sur la dette publique est bien curieux... Celui qui déclarait en 2007 être à la tête d'un Etat en faillite (on lui reconnaîtra une ceratine constance et le même discours quelque soit la situation du pays) rendra le pouvoir avec 600 milliards de dette en plus, du jamais vu en France. Moins de compétitivité, plus de chômage, moins de logement, beaucoup moins de recherche. Au moment où l'économie numérique décolle dans plusieurs pays, la France devient un pays de tiers monde en innovation et en numérique. 

Si Emmanuel Macron a bien été Secrétaire Général Adjoint à l'Elysée, ses propositions ont tellement été marginalisées qu'il claque la porte et s'en va faire de l'enseignement et créer sa propre entreprise. En partant de l'Elysée, les cadres comme lui se retrouvent généralement parachutés à la tête d'une administration prestigieuse (comme la Caisse des dépôts). Pas lui, il part sans rien. Quand, à la faveur d'un remaniement ministériel provoqué par "la cuvée de redressement" de Montebourg, Hollande et Valls lui proposent le Ministère de l'Economie, il répond aussitôt "Je pourrais faire des réformes?". On lui assure que oui, cette fois-ci c'est bon, il aura les mains libres. Mais cela ne durera que quelques moins, après la "Loi Macron", il est dépossédé de ses réformes, distribuées sur plusieurs ministères, la loi "Macron 2" sur les "Nouvelles Opportunités Economiques" sera abandonnée, ses prérogatives limitées, Valls et Sapin le placardisent, il est très souvent recadré, son action est bridée. Il démissionne 8 mois avant la Présidentielle. Il aurait pu rester comme Valls jusqu'au dernier moment. A la faveur de sondages très favorables, il aurait pu tenter de prendre la tête du parti, il a choisi de faire autrement, de porter son projet dans la rue, à la rencontre des Marcheurs de tous horizons, ce sont eux qui l'ont porté si haut et non le soutien d'untel ou untel, c'est à eux qu'il doit tout.

Le bilan, le bilan... quel est le bilan de 20 ans de tic-tac politicien Gauche-Droite? Quel est le bilan de François Fillon (36 ans de politique), de Benoît Hamon (20 ans de PS), de Mélenchon (30 ans de PS, Miterrandiste sous Mitterand, rocardien sous Rocard, Emmanuelliste sous Emmanuelli, Jospiniste sous Jospin...)? 

Le bilan du clivage Droite-Gauche, c'est beaucoup d'argent dans les caisses des partis, à distribuer généreusement aux familles des uns et des autres, de quoi vivre aisément sans rien faire (taux d'abstention exceptionnels pour Fillon et Hamon à l'Assemblée Nationale alors que tous les deux habitent à Paris), avec l'argent du contribuable!

Le bilan de ses 21 mois au Sénat? François Fillon aura posé une question, oui, oui, une seule question et co-signé un texte avec d'autres parlementaires. En contrepartie de cette question, il a fait rembourser au Sénat le mariage de sa fille (recrutée comme assistante parlementaire avant de devenir avocate pour l'aider à écrire son livre), il a fait également rembourser le loyer de son fils et a vécu avec l'argent du contribuable dans le confort. En parallèle, sa femme était payée 100.000 euros pour écrire deux notes de lecture. Mais pour la période à venir, il prévoit de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires, d'augmenter la TVA, de supprimer les 35 heures et d'augmenter l'âge de départ à la retraite car les Français, dit-il, doivent faire des "sacrifices" pour réduire la dette qu'il a lui-même fait exploser pendant 5 ans!

En matière de stratégie d'attaque, François Fillon ferait bien de réfléchir à autre chose car cette histoire de bilan est un piège qui se referme sur lui.


Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Journal
Violences conjugales : l’Assemblée vote la création de juridictions spéciales
Les députés ont adopté une proposition de loi créant des pôles spécialisés au sein des tribunaux pour juger les violences intrafamiliales. Une proposition du groupe LR, soutenue par toutes les oppositions… et farouchement combattue par Éric Dupond-Moretti.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le retour de Dominique Voynet fait débat chez les écologistes
L’ancienne ministre de l’environnement a été élue secrétaire régionale des Verts en Franche-Comté. Des militantes féministes la contestent à cause de son témoignage de soutien à Denis Baupin, lors du procès en diffamation qu’il avait intenté. Elle s’en dit aujourd’hui « désolée ».
par Mathieu Dejean
Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy