G5 Sahel : Idriss Déby et Emmanuel Macron agissent de concert

La situation sécuritaire dans le Sahel reste précaire.

macrondeby
Hormis le Tchad, qui reste un modèle de stabilité et de sécurité malgré un contexte régional pour le moins compliqué, la plupart des Etats de la région vivent sous la menace des groupes jihadistes, en particulier le Mali, le Niger et le Nigéria. C’est ce qui a poussé, à l’été 2017, le président français Emmanuel Macron à apporter son soutien à la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), et le président Idriss Déby à suivre celle-ci attentivement.

Lors de l’annonce de cette initiative, on se souvient que le président tchadien s’était démarqué de ses homologues en affichant une certaine circonspection : s’il était convaincu que l’idée d’une force conjointe était la bonne, Idriss Déby attendait néanmoins de mesurer le soutien réel de la communauté internationale à sa mise en œuvre. Avec 500 millions de dollars budgétés pour une année de fonctionnement, les financements internationaux constituait en effet une des clés de la FC-G5S.

Neuf mois plus tard, on ne peut malheureusement que saluer la clairvoyance d’Idriss Déby. Dans une récente intervention, le commandant de l’opération français Barkhane –dont la FC-G5S est censée devenir le relai africain– regrettait ainsi : « J’observe que la communauté internationale fait beaucoup de promesses, mais peine à les concrétiser ». C’est entre autres ce qui a poussé le président français à mettre à nouveau le sujet sur la table, le 4 juin dernier : « Ce sur quoi il nous faut accélérer, ce sont les financements internationaux. (…) Le financement de l’Union européenne nous a permis de payer des primes et des équipements mais nous devons accélérer sur les autres engagements qui avaient été pris à la fois en décembre à la Celle-Saint-Cloud et en février à la conférence de Bruxelles ».

La relation entre Idriss Déby et Emmanuel Macron est bonne. Les deux hommes partagent nombre de constats sur la situation du Sahel, et le président français sait qu’il a trouvé en son homologue tchadien un chef d’Etat résolu. Ce qui avait été pris pour du scepticisme de la part du président tchadien lors des annonces de l’été 2017 n’était en réalité que l’expression de sa longue expérience. Emmanuel Macron n’aura probablement pas manqué de le noter, et cherchera certainement à se rapprocher encore d’Idriss Déby.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.