La gauche et l'Islam, deux révolutions qui s'imitent

Pour prolonger la réflexion amorcée dans mon dernier billet de blog, je voudrais développer ici une analyse que je pense originale sur la comparabilité entre Islam et gauche républicaine / communiste.

L'Islam est clairement le premier mouvement révolutionnaire moderne. Il apparait en 622, lorsque Mahomet reçoit sa révélation, et se constitue immédiatement en mouvement révolutionnaire car il s'agit de prendre le pouvoir, ce qui implique la constitution d'une armée. Les prophètes précédents s'étaient contentés de leur Bonne Nouvelle et "rendaient à César ce qui était à César". L'Islam est donc la première idéologie moderne.

Islam et communisme partagent aussi une similitude en termes de lieux de mémoire. Comparez la Ka'abba et le mausolée de Lénine, comparez même éventuellement le Kremlin et une grande mosquée. Comparez aussi le croissant de lune musulman, et son étoile, à la faucille communiste.

L'Islam comme le communisme ont connu des scissions. L'"imam caché" des chiites ne rappelle-t-il pas ce pauvre Trotsky, organisateur de l'armée rouge répudié par Staline ? Le secret que les lambertistes ont entretenu autour de leur dirigeant est un autre réflexe révélateur.

Le communisme, et la gauche républicaine en général, se sont organisés contre le catholicisme, celui-ci a été tout au long de leur histoire leur bouc émissaire. Islam et républicanisme ont été deux révolutions contre le catholicisme, celles qui s'imitent, mais souvent aussi se combattent, le plus durement. Le tournant le plus récent a sans doute été la révolution iranienne de 1979, lors de laquelle les révolutionnaires rouges ont été écrasés par les révolutionnaires verts. Néanmoins, la récente victoire de Syriza en Grèce est sans doute un autre tournant, d'importance quasiment équivalente.

Bien sûr gauche républicaine et Islam ont leurs excès totalitaires, et ce serait faire insulte au lecteur d'en produire une liste exhaustive, des "colonnes infernales" en Vendée à Daech en passant par le stalinisme. Je veux ici tracer une comparaison sociologique et non une apologie de la révolution. Je suis et j'ai toujours été convaincu que la vraie révolution est quasiment définie par le sang qu'elle verse, qu'aucune révolution ne se fait sans violence, et qu'il faut donc l'éviter à tout prix*.

Mais je trouve intellectuellement stimulant de considérer communisme et Islam comme les "deux révolutions" qui agitent le monde moderne et qui vont continuer de façonner sa géopolitique pour longtemps.

Le dialogue (avec l'Occident, oserais-je dire) est-il possible ?

Tant que nous ne répondrons à ces révolutions que par la violence, elles ne feront que produire toujours plus de violence en retour. Les missiles d'aujourd'hui fabriquent les attentats de demain.

* Ce qui ne m'empêche pas de dire que la social-démocratie seule est incapable de réduire les inégalités, et qu'il faut donc penser un véritable socialisme démocratique internationaliste et participatif, rendu possible grâce à l'extension du réseau Internet - on pourrait aussi parler de "sociocratie".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.