Pays de merde

Avec "PDM", Kery James est bel et bien de retour. A l'aube de son prochain album, le rappeur français pointe directement du doigt la politique de Donald Trump, le président des Etats-Unis.

Lundi 10 septembre 2018. Il est 12h à Paris, 6h à New-York. Le tout nouveau clip de Kery James, signé Leïla Sy, tisse déjà sa toile. Le rappeur du 94 avait annoncé reprendre du service sans faire dans la demi-mesure. C'est chose faite. Quatre minutes durant lesquelles Kery James, en featuring avec Kalash Criminel, met Donald Trump plus bas que terre. Extrait : "Premiers sur les guerres injustifiées fondées sur des preuves falsifiées. Descendant d'africains, je ne rêve plus d'être américain. Trump, je te passe pas le salam comme un palestinien à Jérusalem. Quand on sème le chaos dans le monde entier, on s'attend pas à vivre en paix."

Kery James - PDM feat. Kalash Criminel [Clip Officiel] © Kery James

Originaire d'Haïti, Kery James répond ici directement au président américain qui en octobre dernier avait notamment traité Haïti et Salvador de pays de merde... Du massacre des Indiens à la guerre du Vietnam en passant par l'esclavage, le Ku Klux Klan et les incessantes violences policières, Kery James jette un nouveau pavé dans la marre américaine, après les saisissants "This is America" de Childish Gambino et "Blackkklansman" de Spike Lee. Sans pour autant oublier de faire référence à Adama Traoré, Zyed et Bouna, posant cette question lourde de sens : "Jusqu'où va-t-on suivre les Américains ?" Après "Mouhammad Alix" en septembre 2016, l’ancien membre d’Ideal J espère une nouvelle fois élever les consciences. Son nouvel album sortira le 9 novembre, avant une tournée nationale qui le conduira jusqu'à la scène du Zénith de Paris le 8 décembre. Un Kery à vif. Comme toujours.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.