La coopérative culturelle Akwaba en danger

Sous la menace d'une fermeture, la Coopérative Culturelle Akwaba, située dans le Vaucluse, organise un concert de soutien ce samedi 28 octobre.

Akwaba, c'est un lieu de vie hors des remparts. Situé à quelques kilomètres de l'agglomération avignonnaise, c'est une coopérative qui mêle depuis 16 ans, concerts de musiques actuelles, spectacles vivants, expositions et installations numériques, sans compter les actions menées dans les écoles comme dans les prisons... Ce sont des salariés, des sociétaires, des bénévoles, des artistes locaux, des fidèles, des gens de passage, des jeunes et des moins jeunes qui militent pour la diversité de la culture pour toutes et tous. Ils sont trop nombreux à citer. Mais ils se reconnaîtront. 

Akwaba, Décembre 2014. © Thomas Bohl Akwaba, Décembre 2014. © Thomas Bohl


Pourtant ce lieu de convivialité et de partage risque de fermer ses portes. Oui, Akwaba, comme de nombreuses salles en France, est en danger. Son modèle économique, basé sur une économie mixte composée de ressources propres et de subventions publiques, est depuis quelques temps mis à mal. En effet, les ressources propres de la structure sont générées par la billetterie, les abonnements, l’exploitation du bar, la location d’espaces ou encore la vente de prestations artistiques et technique. Elles représentent 55% du budget global. Mais c'est la baisse croissante des subventions, comme souvent dans le milieu culturel depuis vingt ans, qui ne laisse rien présager de bon. Akwaba perçoit en effet des subventions de la part des institutions publiques et des sociétés civiles à hauteur de 45%, bien en dessous de la moyenne nationale des financements publics pour ce type de structure (59%). Par ailleurs, les subventions dédiées au fonctionnement du projet proviennent des directions culturelles de la région PACA, du département du Vaucluse et de la mairie de Châteauneuf de Gadagne. Celles-ci représentent 33% du budget global d'Akwaba, contre une moyenne nationale de 52%. "Malgré un taux de financement public bien en deçà de la moyenne nationale, un projet et des missions au service des populations de notre territoire, de la création, de sa diversité et de son accessibilité, Akwaba subit de fortes baisses de ses subventions dédiées au fonctionnement. La région PACA a appliqué brutalement et de manière unilatérale des baisses de ses dotations en passant de 61 000 euros en 2015 à 35 000 euros de subventions en 2017. Cette baisse n’est pas compensée par l’apport du département et de la commune", dénonce la direction.

Deux scènes et un Dub Corner au programme

De son côté, la Communauté de Commune du Pays des Sorgues et Monts de Vaucluse ne souhaite toujours pas se prononcer sur la situation d’Akwaba, prétextant que la culture ne fait pas partie de ses compétences. C'est pourquoi l'équipe, pilotée par Emilie Ruah, appelle tous ses partenaires à soutenir le projet et maintenir le dialogue. Conscients des difficultés, toutes et tous espèrent trouver des solutions afin de poursuivre une aventure née au début des années 2000, sur fond de désir commun de faire vivre un territoire péri-urbain en manque d'offres culturelles. Outre sa programmation éclectique, Akwaba, c'est surtout une atmosphère à part, loin des tracas du quotidien. Une bulle vauclusienne pleine de vie qui vous attend nombreux ce samedi. Deux scènes et un Dub Corner sont au programme avec Conquering Sound, Welders Hi-Fi, Bob Lunet, Septembre, Date with Elvis, AlgoRythmiK, Second rôle, Dizzylez et Notime Crew.

AKWABA NEEDS YOU
[Concert – Expo – Pétanque & Poulet Coco]

10€ tarif unique (+frais de loc)
Samedi 28 octobre à partir de 18h30.
500 Chemin des Matouses 
84470 Châteauneuf-de-Gadagne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.