FPL

FPL

Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) est un organisme à but non lucratif ayant pour objet de défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse, l’indépendance du journalisme.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2021

FPL

FPL

Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) est un organisme à but non lucratif ayant pour objet de défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse, l’indépendance du journalisme.
Abonné·e de Mediapart

Nous sommes plus nombreux que les patrons de presse !

La période est dangereuse. Et la presse, en tout cas une partie d'entre elle, est aujourd'hui une voie par laquelle s'infiltre la catastrophe. De grands moyens d'information, autrefois symboles de l'ouverture, sont devenus des organes de promotion du Pétainisme contemporain. Il nous faut résister, nous mobiliser pour soutenir les médias indépendants. Le Fonds pour une presse libre lance une campagne de financement citoyen. Ensemble, nous pouvons gagner. 

FPL

FPL

Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) est un organisme à but non lucratif ayant pour objet de défendre la liberté de l’information, le pluralisme de la presse, l’indépendance du journalisme.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La période est incertaine, et dangereuse, plus qu'elle ne l'a été depuis des décennies. Enfermé dans un régime qui, président après président, étrangle la démocratie concrète, notre pays pourrait sombrer. Paradoxalement, le contre-pouvoir par excellence, l'organe intrinsèque de résistance à l'État et à ses inévitables dérives et secrets, la presse est aujourd'hui — en tout cas une bonne partie d'entre elle — une voie par laquelle s'infiltre la catastrophe.

C’est que des patrons d'industries, des financiers, contrôlent la quasi-totalité des grands médias français et s'y emploient de plus en plus à museler l'information, à étouffer la liberté de la presse. De grands moyens d'information, autrefois symboles de l'ouverture et refuges de la jeunesse, sont devenus des organes de promotion du Pétainisme contemporain.

Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Martin Bouygues et leurs "joujoux". © Caroline Varon (@varo.caro)


Il nous faut impérativement résister. Dans l'immédiat, l'argent de nos impôts est utilisé massivement pour pérenniser la catastrophe, via l'aide publique à la presse qui verse plus de 60% de son budget aux grands groupes de presse (voir ici, et encore ici).
Il nous faut résister : nous n'avons pas d'autre moyen que de nous mobiliser. Nous mobiliser pour créer, aider, soutenir une presse indépendante financièrement et éditorialement, une presse qui nous informera correctement, nous les citoyen(ne)s, qui éclairera nos votes et nos combats.
Nous pouvons gagner : l'expérience de Mediapart le montre. Le Fonds pour une Presse Libre (FPL) a été fondé en 2019 pour sanctuariser le capital de ce journal, dans une structure dont le but est de soutenir la presse indépendante (et indépendante de Mediapart) par des aides financières, participation au capital, prêts, expertise, etc. Les ressources du FPL ? Les dons et versements.
Comme le FPL est un "Fonds de dotation", tout versement donne droit à un crédit d'impôts de 2/3 du versement : si vous versez 9 € au FPL, vous payerez 6 € de moins d'impôt sur le revenu.

Visionner notre vidéo de présentation avec Alain Damasio, parrain de la campagne. © 

FAIRE UN DON

Grâce aux dons collectés pendant nos premiers mois d'existence, nous avons pu aider financièrement sept titres de presse. Nous pouvons gagner : nous sommes nombreux ! Beaucoup plus nombreux que les patrons de presse !
C'est pourquoi nous sommes ambitieux en lançant aujourd'hui une campagne participative, qui se terminera le 15 novembre. Si à cette date nous n'avons pas atteint les 100 000 € minimum que nous nous sommes fixés, les versements seront rendus aux donateurs. Il est donc important de verser vite. Et autant que vous le pouvez.
Ensemble, nous pouvons être plus forts que les quelques très riches, et regagner une partie de notre liberté de penser, de savoir, d’agir, pour faire face à la catastrophe en marche.

EN SAVOIR PLUS

Michel Broué

Président du Fonds pour une Presse Libre

Relayer sur Twitter - Relayer sur Facebook - Relayer sur LinkedIn

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar