violences policières parlons en

POURQUOI MEURT-ON A 15 ANS DANS UN TRANSFO EDF A CLICHY SOUS BOIS ? 

C’est ancien me direz-vous comme fait divers, c’était en 2005,  ça m’a profondément marquée et j’y repense souvent. 

PARCE QU’ON A PEUR DE LA POLICE, alors on prend les jambes à son cou quand on les voit débarquer.

POURQUOI ON A PEUR ?

               Pas parce qu’on a fait une connerie, on revient du sport, mais

               Parce qu on est « étranger » et qu’on a pas ses papiers, On ne les prend pas, il y a des vols dans les vestiaires et à vrai dire on n’y pense pas forcément à leur âge …

                Parce que « Mineurs » on va passer la fin de journée, des heures, au commissariat avant que les parents nous récupèrent et que c’est loin de chez nous et ils n’ont pas de voiture. Maman ne parle pas français, il faudra attendre que le père revienne fatigué de son travail et qu’il reparte pour venir nous chercher. Il ne va pas être content…

Tout ça alors qu’on a déjà été contrôlé, deux fois, dix fois déjà. Ils verront qu’ils nous connaissent mais ils sont obligés, les flics, ils bossent pour les statistiques. Et Ils n’ont pas le droit de nous laisser repartir tout seuls sans les parents, c’est interdit. Alors on court pour pas qu’ils nous attrapent et nous emmènent au commissariat.

On escalade un grillage pour aller se cacher, ouf ils ne nous ont peut-être pas vus…  et on meurt électrocutés 

Avec cette affaire j’ai eu honte. Honte de mon ministre, SARKOSY!  Il nous en aura fait du mal celui –là avec ses réformes !   Plus de proximité, on n’est pas là pour « jouer au foot » avec des gamins…, la Police c’est pas ça, c’est le Karcher pour nettoyer les banlieues…C’est les grenades – déjà mal tirées à Clichy, en plein dans la mosquée et ce serait pas nous ? C’est pratiquement marqué Police dessus. Mr le Ministre vous dites des idioties et vous mettez le feu aux poudres. Et ça chauffe dans les cités, on se bagarre on brûle voitures, équipements urbains…  Ils ne sont pas idiots en face ! Ils sont en colère et n’écoutent qu’elle. Tout ça pour quoi ?Parce que deux minots ont eu peur et en sont morts.

Ces flics qui vous courraient après n’ont fait que ce qu’on leur a dit de faire : patrouiller, surveiller ; Il y a des vols dans les installations sportives, les bâtiments, des deals. Interpeller les suspects, les traînards, contrôler leur identité. C’est leur boulot : Tiens ces deux-là, ils nous ont vus, ils s’enfuient, ils doivent avoir quelque chose à se reprocher, rattrapons- les….  Ils courent vite …   

Là j’extrapole : « en plus un noir et un arabe, évidemment !  Certains policiers pensent qu’un jeune, fils d’immigrés, c’est de la graine de délinquance. La preuve :  les prisons en sont pleines ! Raisonnement simpliste et erroné. 

Non la Police n’est pas raciste mais il y a des racistes chez les policiers comme dans toutes les composantes de la société. Mais chez eux c’est plus grave Parce qu’ils opèrent au carrefour de la société, là où rien ne va plus, où on se plaint d’avoir été insulté, agressé, blessé, volé, cambriolé, violé et que si on a des préjugés xénophobes, racistes, sexistes ça risque d’influer sur notre façon de voir et d’agir ….

On doit en tant que Policiers faire appliquer les lois par les citoyens, arrêter ceux qui les enfreignent mais il faut nous même les respecter sinon c’est grave. Le contraire serait un comble, une infamie Heureusement ils sont nombreux et  très majoritaires ceux qui font honnêtement leur travail .

Certains policiers le sont, racistes, et ils prennent leur pied à faire la chasse aux noirs et arabes, à les humilier, à les "bousculer" et traitent comme des criminels les « sans papiers » protégés qu’ils se sentent par leur carte tricolore.  Ils peuvent aussi traiter les femmes de putes et de salopes qui l’auront bien cherché si elles se font agresser…

Et ils n’épargneront pas leurs collègues masculins ou féminines les accablant de remarques, de moqueries, les harcelant. Et malheur à celui ou celle qui s’en plaint ou dénonce ! Ils seront considérés comme des renégats et ostracisés. 

Il y a aussi, ne les oublions pas, des policiers qui souffrent au travail, du travail, de la vie qu’ils mènent parce que c’est difficile, moralement et physiquement d’être flic dans des conditions de plus en plus difficiles à supporter dans un monde professionnel  qu’on ne comprend et n’accepte plus, une vie de famille sacrifiée.  Isolés et désespérés ils se tuent. 60 morts l’an dernier. Des familles brisées.

Je me souviens de l’accueil, mon premier jour, ma première minute au commissariat du Val d’Oise où j’étais affectée à 21 ans. Le brigadier chef de poste s’est retourné vers ses collègues, : « Eh les gars, on avait déjà les bougnoules maintenant voilà les bonnes femmes ! »  Welcome aboard ! Bienvenue à bord ! 

Moi, trop bien éduquée, je ne savais pas ce que désignait le terme « bougnoules » mais j’ai compris que ce n’était pas vraiment amical … J’ai vite réalisé : C’était à Argenteuil, banlieue rouge, avec beaucoup de nord- africains et « d’étrangers » la ville de la ZUP où s’est illustré Mr SARKOSY 30 ans plus tard. Pourtant comme ailleurs on y vivait, on y travaillait on s’y amusait on s’y faisait des amis, on goûtait toutes les cuisines, sans trop de « barrières » même sur la Dalle, dans la ZUP. J'y habitais. 

C’était il y a près de 50 ans, rien n’a changé et même je dirais que cela a empiré La délinquance a évolué, les trafics de tout genre ont prospéré, les terroristes ont opéré, le communautarisme devient prégnant, la misère et la précarité se sont accentuées avec le chômages, le recul des services publics, les fractures sociales se sont aggravées.  Des lois de plus en plus liberticides et contraignantes ont été votées. Les politiques, les scandales et magouilles électorales ont ruiné la confiance des citoyens dans leurs représentants, leurs dirigeants, leurs patrons. Les brutalités policières, très occasionnelles sont devenues les violences policières pratiquement institutionnalisées. Les morts et les blessés s’accumulent dans des affrontements de plus en plus violents lors des interpellations et les manifestations, sous la visée des Iphones et des caméras de plus en plus nombreuses et accusatrices au point que certains veulent les interdire et ce serait catastrophique. 

OUI Monsieur le Ministre, la Police peut faire peur à des gens qui n’ont rien à se reprocher, surtout ceux qui ne sont pas blancs de peau, parlent mal ou pas le français, ceux qui n’ont pas le profil ni la tenue de jeune cadre dynamique parce que l’image de la Police s’est considérablement dégradée au fil des années, des réformes, de l‘emploi qu’on en fait, des politiques répressives. Le flic n’est plus celui qui vous vient en aide, c’est celui qui vous contrôle et verbalise de plus en plus aveuglement ou vous brutalise dans une quasi certaine impunité.

Ce ne sont pas vos dernières déclarations opportunes et convenables qui vont nous persuader que Justice sera faite et que ça va changer.  Nous attendons de lire de nouvelles notes de services imposant la mise en application sous peine de sanctions des principes républicains qui effectivement doivent gouverner la Police assortis du respect absolu de tous les Êtres humains et des Lois.

Nota / et ce n'est pas  l'interpellation et  la garde à vue des 3 jeunes de Vitry telles que relatées dans l'article que je viens de lire qui vont rassurer la population. Ce récit est cauchemardesque. Si cela est vrai et c'est difficile d'en douter, comment est-ce possible Monsieur le Ministre ? Sans oublier le jeune voleur de scooter ... Combien de morts, de blessés, d'éborgnés, de mutilés faudra-t-il avant que des mesures d'assainissement dans la gestion et le fonctionnement des forces de l'ordre soient enfin prises et que la Justice soit rendue.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.